Journée de recherche interdisciplinaire de l’IUT de Sceaux – 19 juin 2017

Autour de l’obsolescence

Lundi 19 Juin 2017

L’IUT de Sceaux organise chaque année une journée de recherche interdisciplinaire autour d’un thème fédérateur. L’objectif d’une telle journée est de permettre à des chercheurs de partager leur manière d’appréhender un concept avec d’autres chercheurs, issus de disciplines sans lien apparent avec la leur. L’expérience montre que ce type de croisement disciplinaire est généralement très fécond et permet d’engager des échanges très stimulants.

L’appartenance disciplinaire n’a pas d’importance ; elle peut relever aussi bien des sciences formelles (chimie, informatique, mathématiques, physique, etc.) ou de la nature (agronomie, biologie, géologie, etc.) que des sciences humaines et sociales (économie, gestion, histoire, etc.). La finalité d’une telle journée est d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion pour chacun et de décloisonner les approches méthodologiques et les disciplines scientifiques. L’objectif est de nous donner à penser autrement et différemment nos propres champs de recherche. Tel un laboratoire d’idées, ce moment partagé doit permettre de faire émerger une pluralité de définitions établies, de défricher ensemble de nouveaux possibles, d’interroger nos certitudes et d’élaborer des pistes nouvelles de réflexion. Toutes les contributions sont donc bienvenues avec un seul impératif : rendre accessible ses connaissances pour qu’elles puissent être l’objet de discussions et d’interrogations de la part de chacun, avec la bienveillance indispensable à un échange fécond et constructif.

Si vous souhaitez assister à la journée, vous devez adresser un mail à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 12 juin 2017. La journée est gratuite mais l’inscription obligatoire.

Texte introductif

Dans le langage commun, l’obsolescence, ou désuétude, désigne l’état de ce qui a perdu son utilité et n’est plus employé.

Transversale, la notion est régulièrement employée dans différentes disciplines. En linguistique par exemple, elle renvoie à la disparition de mots ou d’expressions, soit car le signifiant a été abandonné, soit car le signifié a lui-même disparu. En sociologie, elle renvoie à la disparition de certaines pratiques, coutumes ou usages sociaux. En droit, elle concerne certains textes de lois, progressivement abandonnés. En gestion, elle désigne la perte de valeur résultant de facteurs internes ou externes à l’entreprise. En philosophie, elle a été pensée dans sa globalité en considérant que la modernité a pour corollaire la désuétude de tout ce qui constitue notre histoire et donc notre présent.

Au nom commun peut être accolé un adjectif qualificatif afin de mieux en déterminer la nature. Ainsi, l’obsolescence peut être dite « économique » car liés à des facteurs extérieurs à l’objet lui-même, « fonctionnelle » car déterminés par son inadaptation partielle ou totale aux besoins actuels, ou encore « programmée » car décidés par le concepteur de l’objet. Ce dernier cas a fréquemment attiré l’attention des pouvoirs publics, des associations de consommateurs ou, plus largement du grand public, car l’obsolescence n’est alors plus déterminée par l’objet ou son environnement, mais résulte d’une action délibérée visant à augmenter la fréquence d’achat et de renouvellement du bien considéré.

Quels que soient son objet et le domaine dans lequel elle se manifeste, l’obsolescence s’inscrit dans une perspective dynamique : la plupart du temps, elle implique à la fois un abandon mais aussi un renouvellement.

Un tel constat conduit à interroger différentes disciplines (sociologie, gestion, économie, , linguistique, épistémologie…) pour comprendre les tenants et les aboutissants de la désuétude, qu’elle soit naturelle ou planifiée.

Reposant à la fois sur les idées de disparition et de nouvellement, l’obsolescence est-elle une conséquence inévitable de l’évolution et du progrès ? Est-elle légitime, c’est-à-dire dans l’ordre « naturel » des choses ? Sur quels fondements et pour quelles raisons peut-on parfois la refuser ? Quels en sont alors les risques et peut-on la combattre ?

Programme de la journée

10h00 Accueil des participants
10h15 Introduction de la journée
10h30-12h30 1ère session : L’obsolescence au regard des parcours professionnels

Anne JANAND et Amélie NOTAIS, Lutter contre l’obsolescence des connaissances en entreprise : la mobilité interne comme levier de déprogrammation ? – Université Paris-Sud

La mobilité interne est souvent considérée comme une source de performance des entreprises notamment grâce au processus d’apprentissage qu’elle engage, tant au niveau individuel que collectif. Cet   article interroge les   types d’apprentissage générés   par mobilité interne à partir d’une centaine d’entretiens qualitatifs menées en deux phases auprès de quatre grandes entreprises françaises. La première phase rend compte des apprentissages perçus par les salariés au cours des premiers mois sur le nouveau poste. La seconde phase propose une analyse rétrospective des apprentissages générés grâce à la mobilité. Une typologie de la mobilité interne selon l’apprentissage occasionné met en lumière le potentiel de celle-ci comme levier de déprogrammation de l’obsolescence des connaissances et du métier. La recherche identifie également les conditions nécessaires à l’apprentissage par la mobilité interne et propose de définir les mesures les plus appropriées en termes d’accompagnement des mobilités internes et de construction de parcours de leurs collaborateurs.

Inès SKANDRANI-MARZOUKI, Evolution et progression de la représentation du mot « métier » chez des demandeurs d’emploi en construction de projet professionnel – Université Aix- Marseille

La question de l’obsolescence est ici interrogée au travers des modes de représentation du mot « métier » chez des demandeurs d’emploi inscrits dans un dispositif de construction d’un projet professionnel. Il vise aussi à proposer des critères objectifs d’un procédé de communication pour s’adapter au langage adopté et réduire l’écart entre les attentes de ce public et la demande réelle du marché de l’emploi qui a évolué. Cette évolution et cette progression du mot métier sont influencées par les phénomènes d’inclusion et d’exclusion sociale en conjonction avec différentes notions apparentées, en l’occurrence, intégration et insertion sociales et le tout selon une approche psychosociale se situant à l’interface de l’individu et de la société.

12h30-14h00 Pause déjeuner
14h15-16h15 2e session : Regards croisés sur l’obsolescence entre droit et linguistique

Nicolas DUPONT, L’obsolescence programmée des biens de consommation à la lumière du droit – Université Paris-Sud

Les évolutions techniques et économiques du 20ème siècle, et avec elles l’évolution des mentalités et des comportements, ont attiré l’attention des juristes sur l’obsolescence des produits ou biens de consommation courante ; de naturelle, l’obsolescence est devenue programmée. Le législateur français ne s’y est intéressé que récemment afin d’endiguer le phénomène. Les quelques propositions qu’il a émises s’avèrent peu satisfaisantes. Les questions, pour lesquelles des réponses sont esquissées, sont donc de savoir pourquoi et comment lutter efficacement contre cette pratique polymorphe et quels instruments juridiques peuvent être mobilisés à cette occasion.

Benoit PIVERT, Les mots français à l’épreuve du purisme allemand – Université Paris-Sud

Pendant des siècles, l’Allemagne, composée d’un agrégat de duchés et principautés jusqu’à l’unification de 1871, a été extrêmement ouverte aux influences étrangères et notamment à l’influence française. Au XVIIe siècle, des sociétés poétiques, dédiées à la sauvegarde de la langue allemande, voient le jour et ont pour objectif de rendre les mots étrangers obsolètes en leur substituant des néologismes. Le succès est mitigé mais les initiatives se succèdent jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale. Après avoir fait le bilan de l’aventure des mots français à l’épreuve du purisme allemand, nous tenterons de répondre à cette question : vouloir rendre obsolète un vocable étranger en le remplaçant par son équivalent autochtone, n’est-ce pas méconnaitre les mécanismes de résistance de la langue et des locuteurs ? Cette question sera l’occasion d’interroger l’insuccès de la loi Toubon de 1994, relative à l’emploi de la langue française et à la réduction de l’usage des anglicismes.

16h15-16h30 Conclusion de la journée

Pour venir à l’IUT de Sceaux

Quelques indications pour venir à l’IUT de Sceaux depuis Paris en transports en commun. Compter environ une heure, de porte à porte, depuis Châtelet-les-Halles, quel que soit le trajet adopté. Prendre la ligne B du RER (attention, le billet de métro ne suffit pas car il est limité aux zones 1 et 2 ; Sceaux est en zone 3) avec deux possibilités :

– Prendre direction ROBINSON et descendre à la gare de SCEAUX (à ne pas confondre avec la gare PARC DE SCEAUX sur l’autre branche) puis marcher environ 15 minutes jusqu’à l’IUT (cf. Plan ci-dessus).

Avantage : c’est direct. Inconvénient : il y a un train seulement tous les 1/4 d’heure.

– Prendre l’autre branche, direction SAINT-REMY LES CHEVREUSES et descendre à ANTONY. Prendre le bus 395 et descendre à la station IUT (vous êtes juste en face de l’IUT).

Avantage : il y a davantage de trains, certains sont directs (pas d’arrêts à certaines stations, mais toujours un arrêt à ANTONY). Inconvénient : un changement supplémentaire.

Globalement, les deux temps de trajet sont identiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *