Au-delà de l’utopie managériale des Business Schools américaines

Appel à communication

L’enseignement de la gestion est souvent perçu comme une invention américaine remontant historiquement à la création de la Wharton Business School au sein de l’Université de Pennsylvanie en 1881. Cet épisode est posé comme le point de départ d’un projet plus large de professionnalisation des managers américains, visant à ancrer leurs pratiques dans un registre de valeurs allant au-delà de la recherche de profit de court-terme (Khurana, 2007).

Cette vision néglige une précédente tradition européenne de formation à l’administration des affaires ayant inspiré les précurseurs américains. La perspective américaine se fondait sur une idéalisation de logiques d’affaires, bien éloignée des ambitions européennes. Le capitalisme managérial fondé sur des formes multi-divisionnelles de firmes correspond à l’archétype du modèle américain tel qu’il a été décrit par Chandler (1990). Après la deuxième guerre mondiale, le modèle américain d’enseignement de la gestion s’est exporté vers l’Europe, en même temps que le modèle chandlerien des grandes firmes américaines. Ce « retard » pouvait s’expliquer par des facteurs institutionnels, tels que la nature du capitalisme familial au Royaume-Uni et coopératif en Allemagne (Arena, 2011a).

Aux Etats-Unis, la persistance de l’utopie visant à synthétiser responsabilité sociale et objectifs de profit a conduit à l’émergence d’une littérature critique s’interrogeant, à la fois d’un point de vue pratique (Mintzberg, 2004) et d’un point de vue éthique (Birnik, Billsberry, 2007) – sur la manière dont la connaissance managériale était diffusée (Pfeffer, Fong, 2004). Des objectifs « supérieurs » étaient, selon cette littérature, ainsi pervertis.

D’autres auteurs ont commencé à questionner la pertinence de cette utopie, en se focalisant sur les pratiques des business schools, sur leur réelle valeur ajoutée aux systèmes économique et social (Locke, 1996) et sur l’écart grandissant entre théorie et pratique (Pearce, 2004 ; Spender, 2015). Si, à présent, le modèle américain s’est diffusé mondialement, sa pertinence est de plus en plus discutée (Locke & Spender, 2011; Durand & Dameron, 2008). Nombre de monographies sur les cas européens et asiatiques permettent d’élargir la compréhension des divers processus d’émergence (Arena, 2011b; Engwall, 2009; Meuleau, 1995).

La conférence représente la session thématique des 21èmes JHMO et vise à rassembler des nouvelles approches et contributions empiriques portant sur l’enseignement de la gestion aux 18ème et 19ème siècles en Europe. L’objectif est d’élargir l’état actuel des connaissances et de faciliter la comparaison avec le modèle américain.

En cohérence avec la thématique générale des 21èmes JHMO, les articles pourront notamment s’attacher à répondre aux deux questions suivantes :

  • Dans quelle mesure l’enseignement de la gestion aux 18ème et 19ème siècles en Europe aurait-t-elle pu offrir une utopie managériale alternative au modèle américain ?
  • Comment cet enseignement s’est-il institutionnalisé en Europe ? Y-a-t-il eu des écarts entre les idéaux évoqués et les processus d’institutionnalisation?

Les contributeurs potentiels doivent soumettre leur proposition d’article aux organisateurs de la session : lise.arena@unice.fr, thomas.durand@cnam.fr et jcspender@gmail.com au plus tard le 5 janvier 2016. Une réponse sera fournie au plus tard le 15 janvier 2016.

 

télécharger l’appel à communication


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.