Colloque Produits menacés, produits oubliés, produits disparus

Produits menacés, produits oubliés, produits disparus.

Causes et mécanismes du déclin

XIVe-XXIe siècles 

Colloque TERESMA
4-5 avril 2017
Université Bordeaux-Montaigne

Organisation scientifique : Corinne Marache et Philippe Meyzie 

Loin d’être toujours linéaire, la trajectoire des produits alimentaires est faite de succès, de phases de diffusion spatiale et sociale, de modes éphémères ou durables, mais aussi parfois de défiance, de désintérêt voire de peurs qui entrainent des moments de repli ou de déclin. Dans les théories du marketing, chaque produit s’inscrit dans un cycle de vie caractérisé par des phases de croissance, de maturité et de déclin. Parfois même certains aliments, boissons ou plats disparaissent avant de réapparaitre plus tard sous une forme légèrement différente. L’heure est aujourd’hui au succès, à la relance, voire à l’exhumation de produits longtemps boudés ou méprisés, tandis que d’autres sont menacés pour des raisons éthiques ou sanitaires. Les recherches développées par le programme ViValTer (La ville, espace de valorisation des produits de terroir) et aujourd’hui par le programme TERESMA (Produits de terroir, espaces et marchés, hier et aujourd’hui) à l’initiative de ce colloque, ont montré que les produits de terroir connaissent un renouveau qui interroge la nature des liens des consommateurs aux territoires et l’ancrage de ces produits dans l’histoire. Les salaisons, les fromages, les fruits, les animaux, les vins et autres produits associés à une origine géographique auront donc une place de choix au sein des réflexions de cette rencontre scientifique qui vise néanmoins à prendre en compte tous les types d’aliments et de boissons ainsi que les différentes formes de production. Réelle ou artificielle, la notoriété que connaissent aujourd’hui tous ces produits un temps tombés dans l’oubli ne doit pas pour autant faire oublier pourquoi et dans quel contexte ils ont pu décliner, se voir menacer ou carrément disparaître.

Si l’histoire et les sciences sociales en général se sont beaucoup intéressées aux success stories, aux produits qui ont réussi à se diffuser largement, à s’inscrire dans la durée, à assoir leur notoriété et à entraîner la croissance de secteurs économique, d’entreprises ou de territoires, l’échec peut lui aussi être un objet historique permettant de mettre en lumière les transformations économiques, sociales et culturelles d’une époque et d’une espace. Si cette thématique est parfois abordée dans l’étude de certains secteurs agro-alimentaires ou d’entreprises, elle n’a pour l’instant pas suscité de recherches d’ampleur pour en interroger spécifiquement les caractéristiques et les enjeux. En prenant le contrepied des études consacrées à l’analyse de l’adoption réussie de nouvelles denrées (café, sucre, maïs), à la notoriété bien établie des grands vins ou de produits industriels de marques mondialement connues ou à celle de la conquête des marchés internationaux par des productions localisés renommées, la problématique du déclin possède également des vertus heuristiques lorsqu’on s’intéresse à un produit, son histoire, sa géographie, son insertion dans le marché ou sa place dans les consommations. Elle permet en effet de mieux comprendre comment un aliment s’inscrit dans des modes de consommation qui peuvent évoluer, comment un produit parvient à se diffuser sur le marché avant de se voir concurrencer par d’autres, comment une production locale largement implantée dans une région devient peu à peu une culture résiduelle. Etudier les multiples processus de déclin, de la menace latente sur un aliment à sa disparition définitive, conduit ainsi à interroger les choix alimentaires et leurs contraintes, les orientations du secteur agro-alimentaire ou les politiques menées dans ce domaine.

Dans le cadre du programme TERESMA qui s’intéresse aux liens entre produits de terroirs, territoires, espaces et marchés hier et aujourd’hui, ce colloque se propose donc d’essayer de comprendre les causes et les mécanismes du déclin de certains produits du XIVeau XXIe siècle. Dans l’esprit qui prévaut dans ce programme collectif de recherche international, nous souhaitons croiser les réflexions des sciences humaines, mais aussi du droit et de l’économie en s’inscrivant dans une perspective diachronique permettant de mesurer les changements et l’importance des différents contextes historiques autour de trois axes principaux.

–          Le déclin d’un produit alimentaire, d’une gamme de produits, d’un plat ou d’une boisson se manifeste à travers différents mécanismes qu’il convient de mesurer et d’interroger, en particulier dans ses dimensions socio-économiques et spatiales : recul de la consommation, repli sur des marchés régionaux ou des marchés de niche, production devenue résiduelle sur des territoires de plus en plus restreints, perte de réputation, de notoriété et d’identification, oubli des savoir-faire de production, disparition totale, etc. Les variations des échelles spatiales et temporelles doivent permettre de dégager les mécanismes à l’œuvre qui menacent la production et la consommation d’un aliment ou d’une boisson, peuvent entraîner une baisse significative, conduire à une disparition définitive ou, dans certains cas, temporaire, à l’échelle locale, nationale ou internationale. Il conviendra également de s’interroger pour savoir si la baisse significative de la production ou de la consommation d’un aliment entraine nécessairement un déclin de sa notoriété ou si au contraire certains produits ne gagnent pas en notoriété et en attractivité à partir du moment où leur production diminue.

–          Ce colloque a aussi pour objectif de proposer une réflexion sur les causes du déclin. Il s’agira pour cela de prendre en compte les transformations économiques : la raréfaction de la matière première, la perte d’avantages comparatifs, la concurrence d’autres produits typiques ou industriels, l’évolution des pratiques agricoles, le passage de l’agriculture vivrière à l’agriculture commerciale, productiviste et mondialisée et ses corollaires, la nécessité de rentabilité, résistance et inadaptation de certains produits ou modes de production aux exigences de l’agriculture productiviste. Dans un contexte de mondialisation entamé au XIXe siècle qui a largement favoriser la standardisation des comportements et des goûts alimentaires, l’évolution de la distribution et notamment l’arrivée de la grande distribution, à même d’influencer les choix de l’industrie agroalimentaire, comme les modes, de s’imposer en trend-setter, ont aussi joué un rôle dans la disparition (ou la « réapparition ») des produits, qu’il s’agira d’interroger. Les logiques socio-culturelles à l’origine du déclin de certains produits devront également retenir l’attention des intervenants (évolution des goûts et de la demande, modes culinaires, transformation des usages, des modes de vie et des manières de cuisiner et de consommer, impact du discours médical et des notions de santé et de bien-être, prise en compte de la défense animale dans les modes de consommation). Si ces différents types de déclin s’inscrivent dans la durée, d’autres peuvent être engendrés par des événements plus ponctuels : effets des crises sanitaires et les principes de précaution qui en découlent qui peuvent conduire à ne plus consommer certains produits ou certains morceaux (abats…) ; aléas climatiques, question environnementale, crises écologiques… ; mesures législatives, décisions politiques, traités, tarifs douaniers… à l’échelle locale, nationale, européenne ou mondiale. Il conviendra également de prendre en compte le rôle des acteurs dans ces processus de déclin : immobilisme, incapacité à s’adapter à la demande, erreurs stratégiques peuvent-ils être à l’origine des déclins ou tout du moins accélérer leur rythme ?

–          Enfin, il semble nécessaire aussi de s’attacher à l’analyse de la relance de ces produits oubliés dont certains, à l’image aujourd’hui du panais ou du topinambour, mais aussi de certaines races bovines, ovines ou porcines comme le porc Kintoa au Pays Basque, connaissent une vraie renaissance. Ces produits en déclin apparaissent alors comme une ressource à l’innovation, à la relance économique, touristique et patrimoniale d’un territoire. Le déclin, la rareté, voire la menace de disparition de ces produits les rendent synonymes de production à taille humaine et leur consommation apparaît comme un soutien à la sauvegarde de la richesse de notre patrimoine alimentaire et des savoir-faire qui y sont associés, un acte écoresponsable… Reste à savoir si cela suffit à instaurer des productions durables et viables. La lecture en creux du renouveau de certains produits offre ainsi un autre versant de la compréhension des causes et des mécanismes du déclin.

 

Les propositions de communication sont à renvoyer avant le 1er novembre 2016 à corinne.marache@gmail.com,phmeyzie@club-internet.fr et villeretmaud@gmail.com.

Elles doivent comprendre impérativement :

–          le titre de votre communication

–          un résumé de 10 à 15 lignes

–          une courte présentation biographique

Threatened, forgotten and lost foods.

Causes and mechanisms of their decline

14th – 21st centuries

 Conference organisers : Corinne Marache and Philippe Meyzie

Far from being strictly linear, the life story of food products is composed of successes, of periods of spatial and also social distribution, of fashions fleeting and long-lasting, but it sometimes also includes mistrust or even fears which entail movements of retreat or even of decline. In marketing theories each product has a life cycle that is characterised by phases of growth, maturity and decline. Sometimes, even, certain foodstuffs, drinks or dishes disappear before reappearing later in a slightly different form. Today the tendency is for success and for re-launching or even exhuming products that have long been snubbed or despised, whereas others are threatened for ethical or health reasons.

The research developed by the ViValTer programme (La ville, espace de valorisation des produits de terroir) and now by the TERESMA programme (Produits de terroir, espaces et marchés, hier et aujourd’hui) which are behind this conference, have shown that local products – from the terroir – are undergoing a revival which is examining the nature of the links between consumers and areas of production and the way products are linked to history. Preserved meats, cheeses, fruits, animals, wines and other products associated with a geographical area of origin will therefore be of special interest within this scientific gathering which nevertheless aims at including all kinds of food and drink as well as different means of production. Whether real or artificial, the fame now enjoyed by all these once long-forgotten products cannot ignore why and in what conditions they fell into decline, came under threat or actually disappeared.

While history and social sciences in general have taken a lot of interest in success stories, in the products which have managed to become widely distributed, which have flourished in the long term, established their name and brought about the growth of economic sectors and companies or territories, it is also true that failure can be of historic interest as it allows light to be shed on economic, social and cultural changes within a period or a space. While these issues have sometimes been tackled in the study of certain agri-food sectors or in companies, so far they have not concerned in-depth research specifically examining their characteristics and what is at stake. In contrast with study devoted to analysing the successful adoption of new foodstuffs (coffee, sugar, maize), to the well established fame of great wines or industrial products that are household names worldwide or to that of the conquest of international markets by renowned localised products, the theme of decline also possesses heuristic values when one takes an interest in a product, its history, its geography, its place on the market or it the role it plays in consumption. It will in fact help us to better understand how a foodstuff is situated within consumer patterns which may evolve, how a product manages to be distributed on a market before competitors arrive, how a local product widely known throughout a region little by little becomes a culture left aside. Studying the many processes involved in decline, from the latent threat to a foodstuff to its final disappearance, will also lead us to question food choices and their constraints, the directions taken by the agri-food industry and the policies that are implemented in this field.

Within the framework of the TERESMA programme, which is interested in the links between terroirs, territories, spaces and markets both yesterday and today, this conference is therefore focusing on understanding the causes and the mechanisms of the decline of certain products from the 14th to the 21st century. True to the spirit of this collective international programme, we are looking to bring together thinking from human sciences but also from law and economics in a historical perspective which will allow us to measure the changes and the importance of different historical contexts, and this will be based around three main axes:

–          The decline of a food product, of a range of products, a dish or a drink reveals itself in a variety of ways which need to be gauged and examined, in particular regarding their socio-economic and spatial dimensions: decline in consumption, retreat on regional markets or niche markets, dwindling production on shrinking territories, loss of reputation, name and identification, loss of knowledge about production methods, total disappearance, etc. Variations in scales of time and space will help to identify the mechanisms at work which threaten the production and consumption of a foodstuff or a drink, which may entail a significant drop, lead to total, or in some cases, only temporary, disappearance on the local, national or international scale. We therefore need to also ask whether a significant decline in the production or consumption of a foodstuff necessarily entails a decline in its notoriety or whether, on the contrary, certain products do not gain in stature or attractiveness from the moment when their production drops.

–          Another aim of this conference is also to reflect on the causes of decline. In order to do this we need to take economic changes into account : a raw material becoming scare, the loss of comparative advantages, competition from other typical or industrial foodstuffs, changes in agricultural practices, the shift from subsistence farming to farming which is commercial, aimed at production and globalised, with all its corollaries such as the need to make a profit, the resistance and inappropriateness of certain products or methods of production which obey productivity criteria. In the context of globalisation which began in the 19thc. and which has largely favoured the standardisation of behaviours and tastes in food, we will need to examine the development of distribution and especially the arrival of mass distribution which, like the fashion industry, is in a position to influence the choices made by the agri-food industry, to impose itself as a trend setter, have also played a part in the disappearance (or “re-appearance”) of products. The socio-cultural logics which are behind the decline of some products should also be of interest to our speakers (changes in tastes and demand, changes in culinary fashions and use, changes in lifestyles and methods of consumption and cooking, the impact of medical discourse and ideas about health and well-being, consideration for animal welfare). Some of these different types of decline take place over the long term while others may arise from specific events: the effects of health crises and the ensuing need for precautions, which may then entail decisions not to consume certain products (offal …); weather events, environmental questions ecology crises ….; legislation, political decisions, treaties, taxes and tariffs … on a local, national, European and global scale. The role of the actors in this decline process must also be considered: could inertia, inability to adapt to demand and strategic errors possibly lie behind declines or maybe just hasten the speed of decline?

–          Finally, it also seems necessary to analyse the re-launching of forgotten products, some of which are enjoying a true revival, such as parsnips and Jerusalem artichokes, as well as some breeds of cattle, sheep and pigs, such as Kintoa pork from the Basque country. These products in decline also seem to be a resource for innovation, in stimulating the economic, touristic and heritage revival of an area. The decline and therefore the rarity and even the threat of extinction of these products bring them down to human-scale production and their consumption appears as a way to safeguard the wealth of our heritage where food and associated expertise are concerned. It becomes an eco-responsible act although it remains to be seen whether this is enough to reinstate these products in a sustainable manner. The absence of information about the revival of certain products thus offers another facet in the understanding of the causes and mechanisms of decline.

 

Propositions for papers should be sent to corinne.marache@gmail.com, phmeyzie@club-internet.fr and villeretmaud@gmail.com

Deadline November 1st 2016.

They must include :

–          The title of your paper

–          A 10 to 15 line summary

–           A short biography

Comité scientifique / Scientific Committee

Isabelle Bianquis, Université François Rabelais de Tours

Giovanni Ceccarelli, Université de Parme

Marc Dedeire, Université de Montpellier

Jaroslaw Dumanowski, Université de Torun

Marc de Ferrière Le Vayer, Université François Rabelais de Tours

Stefano Magagnoli, Université de Parme

Corinne Marache, Université Bordeaux Montaigne

Philippe Meyzie, Université Bordeaux Montaigne

Isabelle Parmentier, Université de Namur

Raphaël Schirmer, Université Bordeaux Montaigne

Paolo Tedeschi, Université de Milan

Jean-Pierre Williot, Université François Rabelais de Tours


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *