L’histoire fait-elle vendre ?

L’histoire fait-elle vendre ? C’est la question à laquelle réfléchiront les participants à la table-ronde internationale organisée à l’Université Paris-Est Créteil les 18 et 19 novembre, par le Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée et le Master d’Histoire de l’UPEC-Mention Histoire Publique avec le soutien de l’IUF.

Présentation :

L’histoire publique, la Public History, a à voir avec des pratiques de l’histoire qui dépassent les cercles académiques. Si ces pratiques répondent à une demande forte des publics pour des récits historiques accessibles, compréhensibles, attrayants voire ludiques, elles se traduisent également en consommation de biens culturels (cinéma, télévision, musées, jeux, radio, livres…) s’appuyant sur l’histoire. De la même façon, les entreprises peuvent exploiter, pour leur communication institutionnelle, l’histoire de l’entreprise ou de ses produits. Il nous faut donc d’abord confirmer l’hypothèse selon laquelle l’histoire attire. Et, si elle fait vendre, à quelles conditions ? Ce sont là les principaux thèmes que nous aborderons dans une perspective de comparaison internationale.

Programme ci-dessous ou téléchargeable sur le site du CRHEC.

Vendredi 18 novembre (UPEC – Salle des thèses)

10h Présentation : Catherine Brice (UPEC)

10h15 Serge Noiret, European University Institute (Florence), Fédération internationale d’Histoire publique.

À quoi sert la fédération internationale d’histoire publique ?

10h45 Ruth ben Ghiat, New York University, Department of Italian Studies et CNN.

Le fascisme fait-il vendre ? L’histoire publique en Italie

11h15 Marie Ansar, Service Ville d’art et d’histoire, Direction des affaires culturelles, Beauvais.

L’impact du label Ville d’art et d’histoire sur le tourisme de Beauvais

11h45 Marie-Noëlle Polino, Rails et histoire.

L’historien d’entreprise face aux risques venus du présent

12h15 Thomas Cauvin, Université de Louisiane à Lafayette, Fédération internationale d’histoire publique.

Enseigner une histoire utile? Les programmes universitaires nord-américains et l’histoire publique

13h Discussion

14h30 Jean-Louis Voisin, UPEC

Le site d’Alésia, enjeux historiques et économiques, politiques et touristiques

15h  Hilaire Multon, directeur du Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye-

Entrez dans votre histoire ! La stratégie de programmation du Musée d’archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain en Laye

15h30 Julien Caporal, Manzalab.

Serious games et histoire : une synergie intéressante ?

16h30 Theckla Keuck, Geschichtsbüro Reder, Roesling & Prüfer

Comment le Geschichtsbüro Reder, Roesling & Prüfer pratique-t-il l’histoire appliquée ?

17h Olivier Thomas, revue L’Histoire

Les revues d’histoire grand public en France : un modèle fragile ?

17h30 Emmanuel Laurentin, France Culture,

Atouts et écueils de l’histoire à la radio : la Fabrique de l’Histoire

18h Discussion

 

Samedi 19 novembre, 10h-13h (Salle i1-128, UPEC)

Table ronde

Modérateurs : Jérôme Bazin (UPEC) et Virginie Mathé (UPEC)

Participants à la table ronde :

Ruth ben Ghiat (New York University)

Marjolaine Boutet (Université de Picardie-Jules Verne)

Benjamin Brillaud (Nota bene)

Thomas Cauvin (Université de Louisiane à Lafayette)

Marie José Cegarra (directrice des produits culturels groupe Leclerc)

Rachel Donadio (New York Times), sous réserve

Serge Noiret (EUI, IFPH)

Roger Nougaret (responsable du département Archives et histoire du groupe BNP Paribas)

Marie-Noëlle Polino (Rails et histoire)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.