La biographie comme outil exemplaire

La biographie comme outil exemplaire

à l’usage des gestionnaires, dirigeants et autres managers

 

par Cédric Poivret, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

 

Dans ce texte, nous nous proposons de recenser mais aussi de commenter les travaux de « vulgarisation de gestion », parus depuis maintenant environ 170 ans, ayant bâti leur propos sur l’histoire, et plus particulièrement la biographie. Nous commencerons à évoquer une littérature au caractère souvent hagiographique, très caractéristique du moralisme du XIXème siècle, car c’est en son sein que nous trouvons des ouvrages de vulgarisation ayant pour base la biographie d’hommes illustres[1]. Ceux-ci sont assez nombreux. Nous pouvons ainsi identifier, par une recherche bibliographique rapide[2] :

  • Les Héros du Travail (1888) de Gaston Tissandier (1843-1899), vulgarisateur scientifique et rédacteur en Chef du Journal La Nature, Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie ;
  • Les Ouvriers illustres (1863) de Madame la Comtesse de Basssanvillenom de plume de Thérèse Anaïs Rigo, auteure pour le moins prolixe, puisque le catalogue de la BNF lui attribue 160 notices, principalement des ouvrages de bonnes mœurs à l’usage des jeunes filles- ;
  • Les Grands Hommes de la France. Industriels (1869) par Albert Rouxel, Xavier Mossman et Loredan Larchey ;
  • Quelques fils de leurs œuvres (1889), de S.-A. Nonus, auteur d’ouvrages de morale pour les écoles primaires ;
  • Travailleurs et Hommes utiles (1899), texte anonyme doté d’une préface de Léon Chauvin, directeur d’école normale, auteur entre autre d’un ouvrage sur l’instruction de l’instituteur.

Que dire de ces ouvrages ? Très clairement l’objectif est d’édifier et de moraliser – ce qui est cohérent d’ailleurs avec le parcours de leurs auteurs : on peut parler à propos de ces livres de sorte de « vies des saints », adaptées à l’époque de l’industrie et de la bourgeoisie triomphante. Les auteurs veulent montrer que le travail, la morale, sont récompensés. Cet extrait de la préface de l’ouvrage de Tissandier est représentatif de cette approche :

 Ce livre est le complément des Martyrs de la Science qui fait partie de la même Bibliothèque. Nous avons cherché à y montrer, non pas à l’aide de développements littéraires, mais au moyen de faits et d’exemples historiques, que les grandes œuvres sont le fruit de grands travaux, que le succès, dans la vie de chacun de nous, est attaché aux efforts de notre volonté et de notre persévérance, et que les plus petits et les plus humbles, par la culture de l’intelligence, peuvent devenir, dans quelque carrière que ce soit, les plus grands et les plus illustres. Le lecteur n’y rencontrera pas une série de biographies, mais une suite d’épisodes méthodiquement groupés et qui ont exigé de patientes recherches.

De tels ouvrages se basent sur la biographie des grands industriels et artisans français du XVIIIème siècle : on y trouve ainsi cités Oberkampf pour sa manufacture toiles peintes de Jouy-en-Josas, ou Richard Lenoir pour le développement de l’industrie cotonnière. Peuvent aussi être présents des artisans tels Palissy, Boulle, ou Breguet (le fondateur de la dynastie d’horlogers, un de ses descendant étant plus connu quant à lui pour son activité dans l’aéronautique). Tissandier fait la part belle aux grands de son époque, puisqu’il donne des éléments sur Eugène Schneider pour le domaine de l’aciérie, Louis Hachette pour l’édition ou Lafitte pour  la Banque.

Cette tradition d’ouvrages hagiographiques semble se perdre, selon notre première recherche, à la fin du XIXème début du XXème siècle, ce qui peut être mis en parallèle avec la montée du management scientifique que l’on ne saurait réduire à l’œuvre de Frederick Taylor. Toutefois, par exemple la revue l’Instruction Commerciale (qui succéda à La revue de la comptabilité, qui fut la première revue qui pourrait ressembler à une revue de gestion, et qui fut éditée par les établissements Pigier à partir 1880), consacra, dans deux numéros en 1907, une page à deux grands entrepreneurs, à savoir Aristide Boucicaut et Jean-Baptiste André Godin. De la rapide biographie de Boucicaut, sont tirées des leçons de gestion ou de management[3], puisque nous pouvons y lire: « Quelles furent les qualités maîtresses de grand commerçant ? La clairvoyance qui lui fait découvrir, au bon moment, un véritable filon commercial ; l’initiative et le sens des affaires grâce auquel il ne commet pas une faute dans son exploitation, la ténacité qui le retient à son œuvre, sans que rien – pas même d’autres entreprises – l’en puisse distraire ».

Il convient aussi de signaler la parution en 1933 d’un ouvrage de Fernand Laudet, intellectuel catholique et membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, La Samaritaine. Centré sur le couple des deux fondateurs, Ernest Cognacq et Marie-Louise Jay, l’ouvrage est sous-titré Le génie et la générosité de deux grands commerçants. L’aspect moralisateur y est extrêmement présent (au hasard, et pour la plaisir aussi : « Si une liaison est découverte, les deux intéressés sont invités à se marier dans un bref délai »), mais on y découvrira une description intéressante de l’organisation de ce grand magasin qu’est (qu’était) la Samar.

Philippe Girardet, auteur d’ouvrages sur la vente et la publicité dans les années 1920 et 1930[4] , fit paraître, chez l’éditeur Olivier Lesourd, dans la série « Les Grands destins » en 1930, un ouvrage sur Les réalisateurs, dans lequel il reprend la biographie de nombreux industriels, déjà présents pour un grand nombre d’entre eux dans les ouvrages du XIXème siècle (Richard-Lenoir, Breguet). Il y ajoute la Baron Haussmann, le « ménage Cognacq », ou encore Gustave Eiffel. Là encore l’intention moralisatrice est visible : les premiers chapitres sont ainsi consacrés à l’apôtre Saint Paul puis à Saint Vincent de Paul, et l’on peut lire dans la préface de la seconde édition datant de mars 1945 :

Dans notre détresse actuelle, nous avons plus besoin de réalisateurs que de rhéteurs, de bons ouvriers à tous les échelons que de théoriciens sans pratique. (Girardet, 1945, p.16)

Nous n’avons pas réussi, malgré nos recherches, à identifier des travaux similaires à ceux que nous venons d’évoquer pour la période des Trente Glorieuses. Paraîtra certes en 1963 la biographie d’Alfred Sloan aux éditions Hommes et techniques, Mes années à la Général Motors, mais aucun auteur n’utilise alors la biographie d’un personnage historique ou d’un entrepreneur comme base de réflexion comme élément permettant de tirer des conseils sur la gestion d’une affaire.

Les choses se modifient durant les années 1980 et 1990, période qui voit la gestion s’affirmer désormais clairement comme domaine de savoir légitime et l’esprit d’entreprise comme l’affaire du moment. En témoignent le développement d’une presse spécialisée à destination des créateurs d’entreprise. Dans le domaine de l’édition, vont ainsi paraître :

  • Montaigne consultant, en 1992, par une consultante, Suzanne Kadar (avec une préface de Jean-Louis Servan-Schreiber), chez Interéditions. Cet ouvrage décrit comment la pensée et la sagesse de Montaigne peuvent être utiles aux managers ;
  • 10 Leçons de management selon Richelieu, Jules César, et Saint Mathieu (trois ouvrages distincts), en 1993, par André Lafrance, aux Presses du Management. Dans le premier « volume » de cette collection aurait-on envie de dire, il est fait le parallèle entre l’action de Richelieu au XVIIème siècle et celle de n’importe quel chef d’entreprise contemporain, par exemple au niveau des objectifs : ceux de Richelieu sont clairs, organisés durant tout son « règne » par l’idée d’assurer le pouvoir du Roi de France contre vents et marées ; Lafrance conseille alors aux managers modernes d’avoir eux aussi toujours des objectifs clairs, dans des passages comme ceux-ci : « Avez-vous vérifié l’état de votre carte récemment ? Le marché sur lequel vous opérez est comme un vaste océan. Les dangers sont multiples. Avez-vous toujours votre carte en main ? Sinon baissez les voiles et arrêtez votre course. Ne vous fiez pas à votre instinct. Par temps orageux, vous risquez de ne plus apercevoir la « bonne étoile » sur laquelle vous avez pu compter jusqu’à maintenant. Enfermez-vous dans votre cabine et refaites le point ». Toujours concernant les buts, l’auteur fait le parallèle entre l’action du cardinal et celle d’une entreprise de cars de tourisme. Le propos est très général, et en effet, en restant dans la généralité il est possible de faire le parallèle entre des situations relativement différentes.
  • Le management et la Fontaine, par un ensemble d’enseignants de l’ESC Lille.

Cette méthode de travail, à savoir utilisation de la biographie comme outil de réflexion sur la gestion des affaires, est revenue à l’honneur depuis maintenant 3 ans, avec la création du cabinet de conseil Traits d’union, dirigée par Anne Vermès : sous sa plume ou sous celle de certains de ses collaborateurs, a paru toute une collection d’ouvrages où les biographies d’ « hommes illustres » sont utilisées pour aider à diverses « tâches managériales ». Nous pouvons citer Piloter un projet comme Gustave Eiffel, Motiver comme Nicolas Fouquet, Entreprendre comme les frères lumières, Convaincre  comme Jaurès, Fédérer comme Mandela, Influencer comme Gandhi.

Ces ouvrages sont structurés de façon similaire : chaque chapitre présente des éléments biographiques concernant le personnage utilisé, puis se termine par des « recettes managériales ». Par exemple, Louis Lumière eut l’idée du cinématographe en s’inspirant d’une machine à coudre, Anne Vermes conseille donc l’emploi de l’analogie pour développer des projets d’innovation :

Utilisez l’analogie comme votre instrument privilégié d’innovation. Faire de l’analogie, c’est saisir par l’imagination les relations de ressemblance et de parenté entre deux ou plusieurs objets différents.

Aidez votre esprit à fonctionner « par analogies » en respectant une étape de recherche durant laquelle, à propos d’un objet donné qui fait problème, on cherche des relations avec d’autres objets et on laisse monter en soi de libres images ; triant et regroupant les analogies. L’esprit réalise ici une opération de décodage car il s’agit de trier les analogies les plus pertinentes et d’identifier les pistes exploitables. (Vermes, 2013, p.18)

Cette veine se trouve également, depuis maintenant quelques années dans la revue Management, dans laquelle Anne Vermes publie des articles, en général de deux pages, où elle présente la biographie de grandes figures historiques, et en tire des recettes managériales : ont ainsi été utilisés Magellan, Lyautey, ou tout dernièrement les Vikings.

Un scrupule d’historien amènera une remarque : en utilisant des personnalités en opposition avec la logique capitaliste, tel Gandhi ou Jaurès, ou se situant dans une société qui n’est pas encore capitaliste, tel celle de Fouquet, Anne Vermes présente l’activité managériale comme quelque chose de naturel et d’éternel.

Toutefois, comme le rappelle la préface des ouvrages cités ci-dessus, ces travaux valorisent à l’intention des managers un recours à l’histoire qui s’il est parfois anecdotique, voire parcellaire ou approximatif, n’en n’est pas moins réel. La diffusion de ces travaux touche un large public de praticiens peu lecteurs des revues académiques. Anne Vermès écrit ainsi :

Histoire et management, deux mots qui s’ignorent. Dans nos conceptions, l’histoire renvoie au passé, aux grands hommes figés dans leur siècle que l’enseignement a souvent rendu ennuyeux et lointains. Le management éclaire les enjeux économiques de l’entreprise d’aujourd’hui et de demain. Rien ne permet de créer des passerelles entre ces deux mondes que tout sépare. Et pourtant l’expression « management » est récente, les leaders du passé ont évidemment dû manager efficacement leurs équipes pour relever les défis qui ont été les leurs.

Ne faut-il pas voir là une invitation à écrire différemment l’histoire du management des entreprises et des organisations, sans perdre en rigueur mais étant capable de toucher l’écolier et le savant disait Marc Bloch, nous pourrions dire le manager, l’étudiant en gestion et le chercheur ?

_________________________________________

 

[1] Nous n’avons pas trouvé d’ouvrages de gestion au sens propre au sein desquels on utiliserait la biographie comme outil de réflexion : bien souvent, les auteurs se basent sur leur propre expérience, sans le dire explicitement, donnant de la sorte une coloration d’universalité à leur propos.

[2] Comme pour toute tentative bibliographique, nous ne saurions ici prétendre à l’exhaustivité.

[3] Aucun de ces termes, qui ne seront employé de manière courante dans la littérature gestionnaire qu’à partir des années 1960-70, ne sont présents dans ces articles. Leur emploi toutefois selon nous ne porte pas de risque d’anachronisme.

[4] Les Affaires et les hommes (1926), Berger Levraul ; Encyclopédie de la vente (1936), éditions de la SOFIC, en particulier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.