Symposium International / Regards croisés sur les transformations de la gestion et des organisations publiques : l’avènement de la ville intelligente (Luxembourg, 5-6 mars 2019)

Symposium International « Regards croisés sur les transformations de la gestion et des organisations publiques »

L’avènement de la Ville intelligente : enjeux, défis, pratiques et impacts de la Smart City sur la gouvernance publique

LIST et LISER / Du 05 au 06 mars 2019  / Belval Campus, Luxembourg

 

Télécharger l’appel à communication détaillé

 

L’Édition 2019 du Symposium et de l’ADIMAP traitera de l’avènement de la Ville intelligente (Smart City) ainsi que des mutations managériales, technologiques, organisationnelles, socio-économiques et géographiques induites par la complexité des enjeux et des défis à relever face au développement urbain à venir. Cette 10ème édition sera consacrée aux recherches et à la discussion de résultats d’études en lien avec ce thème.

Les travaux du Symposium se dérouleront au Luxembourg sur le campus universitaire Belval, site symbolique de par les changements qu’il a induit dans le territoire luxembourgeois et frontalier, et qui ont permis la naissance de ce pôle de recherche à la place d’une ancienne friche industrielle. Deux institutions scientifiques luxembourgeoises publiques s’associent pour cette prochaine édition : le Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (https://www.liser.lu/) et le Luxembourg Institute of Science and Technology (https://www.list.lu/). Le LISER est spécialisé dans les recherches économiques, sociales et spatiales, en questionnant les politiques publiques, tout en pratiquant ex-ante et ex-post des évaluations de l’impact de ces interventions dans une optique interdisciplinaire. Le LIST quant à lui, en tantqu’organisme public de recherche et technologique, est notamment actif dans le domaine des technologies de l’information, avec pour mission d’accélérer le développement socio-économique du pays, en apportant conseil et expertise aux politiques nationales, en contribuant notamment à la mise sur le marché d’innovations technologiques ayant des impacts socio-économiques. A ce titre, le LIST mène des recherches sur le développement de modèles, méthodes, logiciels et dispositifs pour des systèmes intelligents en alliant aspects humains et technologiques.

LA VILLE INTELLIGENTE, PROMESSE D’UN DEVELOPPEMENT SOCIAL, ECONOMIQUE ET ENVIRONNEMENTAL DURABLE

L’expression Smart City ou « Ville intelligente » n’a pas de définition universellement reconnue, mais plutôt des caractéristiques qui tendent à mettre en évidence ses nombreuses facettes, ce qui n’est pas nouveau. Une ville ne pourrait toutefois prétendre être ainsi reconnue que lorsque les investissements dans le capital humain et social, les infrastructures de communication traditionnelles (transports notamment) ainsi que les technologies modernes (plateformes, capteurs, etc.) alimentent une croissance économique durable et une qualité de vie élevée, avec une gestion publique, parapublique ou privée avisée des différentes ressources disponibles, et des choix organisationnels et politiques légitimés par les populations. La Ville intelligente apparaitrait alors comme une réponse aux besoins d’une population urbaine croissante et pour certaines vieillissante où se concentre la majeure partie de la consommation des ressources non renouvelables. En conséquence, le concept Smart City aborde les problèmes de développement urbain en mettant l’accent sur la durabilité sociale, économique et environnementale (Vesco & Ferrero, 2015 ; ITU, 2014).

Toutefois, atteindre cet objectif d’ « intelligence » urbaine paraît être un long cheminement issu d’une intelligencecollective de différents acteurs : acteurs publics avec différentes compétences territoriales, acteurs privés issus des industries technologiques, créatives et traditionnelles, acteurs de la recherche et citoyens, pour ne citer qu’eux. Les villes intelligentes émergent ainsi comme des projets singuliers dont la complexité et le dynamisme imposent de tenir compte du contexte local, de l’histoire territoriale, de leurs propres besoins, priorités et ressources (Almirall & all, 2016). Il ne peut donc y avoir un modèle universaliste de ville intelligente malgré des notions d’attractivité du territoire qui sont de plus en plus mises en avant sous l’angle de la concurrence entre les villes (Borsekova & Nijkamp 2018 ; Giffinger & all, 2010). Les villes intelligentes représentent ainsi à la fois un cadre et un déterminant de nouveaux modèlesd’affaires.

Que cela soit au niveau des interactions sociales, ou des flux de biens et de personnes, la ville de demain, qu’elle soitsituée en Europe ou ailleurs, se devra donc de changer et de proposer de nouvelles fonctions, intelligentes, connectées, avec des organisations efficaces, avec de nouvelles formes de données (massives, exhaustives et continues), au service de citoyens de plus en plus mobiles, exigeants et soucieux de la protection de leurs données personnelles, sources par ailleurs de création de valeur pour les villes intelligentes elles-mêmes (Almirall & all, 2016 ; Meunier & all, 2017). Les études consacrées à l’émergence et au développement des Smart Cities contribuent donc à la mise en évidence des véritables enjeux qui légitiment la transformation des représentations et des rapports avec le temps et l’espace, mais aussi à la mise en place d’articulations nouvelles entre espace public, espace privé, espace personnel au sein desorganisations comme des lieux d’habitation.

Si le concept et les pratiques actuelles associés à la « Smart City » ont fait l’objet de critiques fortes, notamment celles ayant eu une approche techno-centrée, cette critique doit néanmoins permettre de nourrir une approche de la ville intelligente dans la problématique du développement urbain des décennies à venir (Rochet & Villechenon, 2015 ; Rochet, 2014 ; Greenfield & Kim, 2014), voire d’évoquer une « gestion urbaine scientifique » (Vesco & Ferrero, 2015 ; Batty & all, 2012). Il s’agit en outre de créer un nouveau récit urbain, une référence à un ensemble de valeurs à atteindre.Comme celui qui a prévalu à la construction des villes à la fin du 19e siècle. L’avancée technique s’accompagne d’unephilosophie de la planification urbaine. Celle qui prédomine actuellement s’inspire du modèle urbain de la silicon Valley(Sadin, 2016). Dans le but de réfléchir à l’avenir et de trouver des solutions innovantes et durables, le concept de Smart City ne peut donc s’envisager que par sa transversalité et ses cas d’études à l’échelle européenne et mondiale.

Dorénavant, pour appréhender la ville dans son ensemble, une approche interdisciplinaire est plus que jamais nécessaire, de telle sorte à faire face à la dynamique des systèmes complexes en place. Les organisateurs de cesymposium, le LIST et le LISER, incarnent ainsi cette complémentarité d’approches et invitent la communauté scientifique à une réflexion stratégique sur la gouvernance de ces villes innovantes comprenant au sens large territoires & municipalités et donc aussi la question du périurbain et la compatibilité d’une vision intégrée avec des développements qui étendent l’empreinte de la ville au regard des usages des nouvelles technologies, des réseaux sociaux et leur digitalisation, ou encore des services connectés dans des espaces urbains, tout en se devant de garantir bien-être et justice sociale pour ses citoyens. L’heure n’est donc plus tant à supputer les divers impacts à partir du potentiel de bouleversements que la généralisation des technologies de l’information, du Big Data et de l’internet desobjets va introduire dans la vie urbaine, mais à dresser des bilans, à établir des canevas et des programmes de recherche plus structurés, à enrichir notamment les outils managériaux et technologiques en cours. L’interrogation et lacaractérisation du système technologique mobilisé spécifiquement sont déterminantes pour comprendre les capacitésd’appropriation, de développement des villes, les acteurs potentiellement concernés ou moteurs, ainsi que le niveau des investissements et de développement de compétences. Il appartiendra donc aux contributeurs et participants du Symposium 2019 d’y veiller.

Les axes thématiques proposés ci-après visent à mettre en valeur ces principesd’interdisciplinarité et de complexité des systèmes :

AXE N°1 : GOUVERNANCE PUBLIQUE DES VILLES INTELLIGENTES

AXE N°2 : MANAGEMENT ET ÉCONOMIE DES INFRASTRUCTURES TECHNOLOGIQUES DE LA VILLE INTELLIGENTE

AXE N°3 : MANAGEMENT ET ECONOMIE DES VILLES INTELLIGENTES A L’AUNE DE LA MODELISATION DES SYSTEMES DE TRANSPORT ET DE LA MOBILITE

AXE N°4 : MANAGEMENT ET ÉCONOMIE DES PARTIES PRENANTES TECHNOLOGIQUES, SECTORIELLES, TERRITORIALES ET CITOYENNES DESVILLES INTELLIGENTES

AXE N°5 : MANAGEMENT, ÉCONOMIE ET ÉTHIQUE DES BIG DATA, CYBER-SECURITE, LIBERTES PUBLIQUES ET PROTECTION DES DONNEES DE LA VILLE INTELLIGENTE

AXE N°6 : LE SECTEUR DE LA SANTE AU SEIN DES VILLES INTELLIGENTES

AXE N°7 : LE MARCHE DU TRAVAIL AU SEIN DES VILLES INTELLIGENTES

AXE N°8 : VILLE INTELLIGENTE : « LA VILLE A L’EPREUVE DE L’INTELLIGENCE »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.