Second Prix Alain Desrosières / Lauréat : Gaëtan Thomas

Gaëtan Thomas est le lauréat du second prix Alain Desrosières pour lequel il avait soumis le chapitre 4 de sa thèse de doctorat d’histoire soutenue en mai 2018 à l’EHESS sous le titre : « La routine vaccinale. Enquête sur un programme français de rationalisation par les nombres, 1949-1999 ».

Le résumé de la thèse est présenté ci-dessous.

Le prix Alain Desrosières

Pour rappel, ce prix vise à distinguer un(e) jeune chercheur/chercheuse pour un travail inédit (mémoire ou rapport), un ouvrage publié, un article conséquent, écrit en français, réalisé récemment qui place la statistique, ou plus largement la quantification, au cœur de l’analyse sociologique (toutes les disciplines de sciences sociales pouvant être mobilisées) et qui éclaire les processus politiques de conception, de production et de diffusion des chiffres, ses acteurs, ses enjeux, ses effets et ses usages avec le recul auquel invitait Alain Desrosières (18 avril 1940-15 février 2015).

Le prix a été remis au cours de la journée d’étude consacrée aux enquêtes sociales organisée par le groupe Histoire de la statistique, des probabilités et de leur usage (GHSPU) qui s’est tenue le 22 novembre à l’Institut Henri Poincaré à Paris. 

Félicitation au candidat et rendez-vous dans deux ans pour le prochain Prix Alain Desrosières.

Résumé de la thèse : « La routine vaccinale. Enquête sur un programme français de rationalisation par les nombres, 1949-1999 »

Cette thèse examine l’apport du travail statistique à la normalisation de la vaccination en France, des années 1950 au milieu des années 1990, une période au cours de laquelle la vaccination a fait l’objet de peu de controverses. Au moyen d’opérations statistiques de rationalisation, de régulation et de justification, l’épidémiologie (entendue comme un ensemble de pratiques plutôt qu’une discipline universitaire autonome) a largement contribué à maintenir cet état de fait – un processus que je qualifie de routinisation. L’enquête est construite sur des archives issues de diverses institutions, nationales et internationales, ainsi que sur une série d’entretiens avec les principaux acteurs du domaine. Elle éclaire le rôle d’un groupe d’épidémiologistes associés au Centre international de l’enfance (1949-1999), qui mit en œuvre un programme de rationalisation et de simplification de la vaccination. Dans cette période coloniale et postcoloniale, l’Afrique subsaharienne était un de leurs terrains de prédilection: ils y réalisèrent de nombreux essais, simultanément à leurs activités métropolitaines. L’implication de l’OMS dans le domaine de la vaccination a conforté la dimension internationale de cette routinisation: les épidémiologistes français se sont appropriés des opérations statistiques popularisées par Genève. À la fin de la période considérée, la controverse de la vaccination contre l’hépatite B a perturbé cette routinisation et mis en évidence un écart croissant entre les logiques de l’épidémiologie et l’expérience des individus vaccinés. Cette recherche éclaire d’une lumière nouvelle la façon dont l’intervention de santé publique la plus courante a été normalisée et gouvernée par des nombres.

Mots clés:Histoire de la médecine, Épidémiologie, Vaccination, Essais cliniques, Expertise, Centre international de l’enfance, Organisation mondiale de la santé, Histoire postcoloniale, Routinisation.

Le chapitre soumis est le chapitre 4. « La modernité pour pas cher. La diffusion d’outils d’évaluation par le programme vaccinal de l’OMS (1974-1993) »¨


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.