Le rôle des organisations patronales en Europe dans la régulation de l’économie (XIXe-XXe siècles)

Organisations patronales (Europe 19e-20e siècles )

Le rôle des organisations patronales en Europe dans la régulation de l’économie (XIXe-XXe siècles)

4e colloque – Paris 19-20 juin 2014

Universités de Paris – Cité – Paris 13 (Pleïade-CRESC) et Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (IDHE) – LARHRA –

Appel à communications

Ce colloque constitue la quatrième manifestation du programme pluridisciplinaire et international de recherche sur les organisations patronales en Europe engagé depuis 2009.

Il vient à la suite :

– d’une journée d’études (11 juin 2010) qui a tiré un bilan sémantique, archivistique et historiographique du sujet.

– d’un premier colloque (9-10 juin 2011 Universités de Paris – Cité – Paris 13 et Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) sur « Les organisations patronales en Europe aux XIXe et XXe siècles. Genèse et morphologies originelles »[1].

– d’un second colloque, qui s’est tenu à Paris ( 21-22 juin 2012 Universités de Paris – Cité – Paris 13 et Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) sur les « Formes et moyens d’action des organisations patronales dans la sphère publique » (31 intervenants dont la moitié provenant d’autres pays européens)[2].

– d’un troisième colloque, qui s’est tenu à Lyon (20-21 juin 2013 Université Lumière Lyon 2 – LARHRA) qui a eu pour objet « Les organisations patronales et les autres organisations collectives. Europe XIXe-XXe siècles »[3].

Par ailleurs, une session au Congrès mondial d’histoire économique (XVIth WEHC 9-13 juillet 2012, Université de Stellenbosch, Afrique du Sud) a permis d’élargir notre réflexion, en particulier en y intégrant l’étude de nouveaux pays[4].

 

Ces étapes ont notamment mis en évidence la grande variété des organisations patronales : diversité des secteurs, des fonctions exercées et des services fournis, variété des échelles d’intervention (local, régional, national, international). Elles ont également éclairé leur rôle dans la construction et l’affirmation des identités professionnelles et sectorielles ainsi que l’intensité de leurs interactions avec les pouvoirs publics. Le choix du temps long, plus de deux siècles, a permis de s’interroger sur les liens entre l’évolution des organisations patronales et les fluctuations conjoncturelles ou les mutations structurelles des économies capitalistes (mutation du rôle et de la forme de l’Etat, élargissement des marchés, avancées et reculs des échanges internationaux, modification des équilibres intra et intersectoriels, évolution des structures des firmes, etc.). Des hypothèses ont été avancées et demandent à être confirmées : ainsi l’importance du dernier tiers du XIXe siècle dans la genèse des organisations patronales et celle des fonctions économiques, plus précoces que les fonctions sociales (qui semblent s’affirmer à partir des années 1890, en particulier face à la montée du mouvement ouvrier et des législations sociales), dans la genèse des structures locales et régionales.

La manifestation scientifique de juin 2014 se propose d’étudier plus précisément la place tenue par ces organisations dans la régulation des activités économiques.

« Régulation » doit être entendue ici, non pas au sens restreint de réglementation de l’activité économique par l’Etat, mais comme une combinaison institutionnelle contribuant à la reproduction d’une formation économique donnée compte tenu des structures financières, économiques, sociales et politiques en vigueur, au total une forme de cohérence institutionnelle d’ensemble. Elle se manifeste comme un système hiérarchisé d’institutions, de normes et de règles, plus ou moins complémentaires ou cohérentes, variables dans le temps et dans l’espace, et situées à différentes échelles de territoires et/ou de groupes d’acteurs sociaux.

Dans cette perspective, l’objet de ce colloque sera de préciser quelle place tiennent les organisations patronales dans l’élaboration, la persistance ou la mise en question de ces systèmes et comment elles contribuent à la définition des différents types de règles hiérarchisées, qui contribuent à la construction des marchés et encadrent la production et l’échange de biens et services.

Dans quels domaines interviennent-elles (droit codifié, usages commerciaux, normes techniques, labels de qualité, organisation du travail, régulation de la concurrence, etc.) ? Plus particulièrement, on tentera de définir l’éventail des règles élaborées par les organisations patronales, et/ou d’évaluer leur contribution respective à cette élaboration, que ce soit au niveau international, national, de l’espace régional ou local, du secteur ou de la profession. On souhaiterait que soient éclairés les processus selon lesquels, à différents niveaux, les organisations patronales parviennent – ou ne parviennent pas-, à concilier les intérêts économiques divergents de leurs adhérents, intérêts qu’elles contribuent d’ailleurs à définir.

On se demandera comment et dans quelle mesure les organisations réussissent à faire respecter les règles qu’elles ont contribué à établir (intervention des pouvoirs publics, délégation de pouvoir coercitifs par ces derniers, puissance de marchés des adhérents les plus puissants etc). De quelle manière participent-elles à la modification du contenu, de la hiérarchie et du poids relatifs des règles ? Quels sont les facteurs qui les y conduisent (élargissement des marchés et intensification des échanges internationaux ou au contraire, dans l’entre-deux-guerres, leur repli ; transformations politiques ; modification des formes de concurrences…) ? Autrement dit, peut-on mesurer l’efficacité relative des organisations patronales sur le plan national et européen selon la conjoncture économique et politique, selon les branches, selon les enjeux ?

En retour, cette évolution du mouvement de la régulation et des règles qu’il engendre structure-t-elle ou reconfigure-t-elle les organisations patronales ? A-t-elle des effets sur leur fonctionnement ? S’établit-il de nouvelles hiérarchies entre les organisations nationales et internationales ?

 

Le colloque se déroulera en français et en anglais.

Comme pour les colloques précédents, une publication est prévue.

 

Les propositions de communications (résumé succinct svp) seront adressées avant le 1er décembre 2013 à :

Danièle Fraboulet : danielefraboulet@wanadoo.fr

Pierre Vernus : pierre.vernus@ish-lyon.cnrs.fr

Clotilde Druelle-Korn : clotilde.druelle-korn@orange.fr

 

 

Comité d’organisation :

Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet (Université de Paris-Cité -Paris 13/CRESC) ; Cédric Humair (Université de Lausanne) ; Michel Margairaz (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne/ IDHE) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II/LARHRA)

Comité scientifique :

France :

Eric Bussière (Université de Paris IV) ; Olivier Dard, (Université de Paris IV) ; Dominique Barjot (Université de Paris IV) ; Clotilde Druelle-Korn, (Université de Limoges) ; Jean-François Eck (Université de Lille  III) ; Danièle Fraboulet, (Université de Sorbonne Paris-Cité Paris 13) ; Patrick Fridenson (EHESS) ; Hervé Joly (CNRS) ; Annette Jobert, (CNRS-IDHE) ; Michel Margairaz, (Université de Paris I – Panthéon – Sorbonne) ; Hélène Michel, (Université de Strasbourg) ; Michel Offerlé (ENS Ulm) ; Gilles Richard, (IEP Rennes) ; Béatrice Touchelay, (Université de Lille III) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II)

Autres pays européens :

Werner Bührer (Allemagne) ; Suzy Pasleau (Belgique) ; Dirk Luyten (Belgique) ; A. Escudero (Espagne)  ; G. Berta (Italie) ; Philip Ollerenshaw (R-U) ; Cédric Humair (Confédération Helvétique)  ; Sébastien Guex (Confédération Helvétique) ; Hans-Ulrich Jost (Confédération Helvétique) ; Laurent Tissot (Confédération Helvétique).

 

 

 

English Version

Business Interest Associations and the regulation of economic life Europe 19th-20th C.

Paris – 19th, 20th June 2014

Universities of Paris – Cité – Paris 13 /Pleïade-CRESC and Paris 1 – Panthéon-Sorbonne /IDHE – LARHRA –

Call for Papers

The proposed international symposium affirms its continuity with a current international and interdisciplinary research program launched in 2010, on Business and Trade Organizations in Europe (19-20th C.). Indeed, if Political Scientists and Economists, then Historians and Social Scientists, have investigated several specific points, such as: Elites’ forms of sociability, lobbies, collective actions, history of companies etc., if international studies on Employer’s representation groups or Employer’s labor policies, were initiated; by contrast historical studies focusing on these organizations, themselves, and in a comparative perspective, remain scarce. Therefore the field of Business Associations must be explored more fully.

The symposium to be held in June 2014 follows previous meetings:

       A first Workshop in June 2010: numerous contributions and papers were devoted to the Meaning, Translation, Historiography and Archives of Business and Trade Organizations in Europe.

       An international symposium on the Genesis, Historic Forms and Structures of these organizations took place in June 2011. The Proceedings have been edited in 2012 by Danièle Fraboulet and Pierre Vernus (Presses Universitaires de Rennes, 2012)

       A second symposium called on June 21st 22nd 2012, explored the Ways and Means of the Trade and Business Organizations in the Public Sphere. (D. Fraboulet C. Druelle-Korn, P. Vernus, Presses Universitaires de Rennes, 2013)

       Furthermore, the session n° 168 Historical and international comparison of Business interest associations (19th-20th century) at the XVIth World Economic History Congress (Stellenbosch 2012) broadened the issues to new countries.

       The third international symposium held in Lyon in June 2013, challenged the Appraisal of the Relationships between Business Associations and other organizations in Europe 19-20thC (to be published in 2014).

The outcomes already gathered by the host program have permitted to emphasize and to measure the great diversity of BIAs: amid professional sectors, at different levels (local, regional and national), and the great variety of services they provide. The results shed new lights on culture and socio-professional identities as well as relationships between BIAs and Government or public authorities at large. The studies, conducted over a long period of time (19th-20th), call into question the relations between the development of the BIAs and the structural changes in the capitalist economic life (shaping and implementation of the State social and economic policy, market expansion, ebb and flow of international trade, changing intra-industries balance or among industrial sectors, corporate evolution etc.).

Assumptions and hypothesis have been made and need more discussion, for instance at the local and regional levels the key moment of the late 19th C in shaping the BIAs economic functions, and as a second step the social functions when facing the labour movement.

The aim of this symposium is to better understand how the BIA’s have managed the regulation of economic life. The notion of regulation has to be understood in a broader definition than the Economics concept. It refers to the specific combinations of institutions and graduating system of rules sustaining an economic framework in time and space.

More specifically, our aim is to discuss: how have BIAs contributed to set down or to undo a diversity of economic and social rules (customs, norms, law, appellations, labour organization etc.) which have helped to run the markets of goods and services ; how have these groups, with conflicting and competing interests, achieved -or not- to agree on measures they would want to run for them ; how have they been able to secure those obligations (rules of procedure, national and European public authorities etc.) ; what were the pressures and circumstances under which the BIAs had to change their policies over time (international trade, pricing policy, interwar period, European and national polices, political events, etc.) ; how have the BIAs extended their competences, skills and influences in matter of economic, financial and social regulation, from national to regional and international levels.

In other words can the results and the effectiveness of the BIAs activities be measured and at which levels? In turn, had the vast action in favor of the regulation of the economic life redesigned the BIAs with new hierarchies?

The proposed papers, including the title and a summary accompanied by a short CV (in French or English) must be sent no later than 1st of December 2013 to

Danièle Fraboulet, danielefraboulet@wanadoo.fr

Pierre Vernus : pierre.vernus@ish-lyon.cnrs.fr

Clotilde Druelle-Korn, clotilde.druelle-korn@unilim.fr

Notification by janvier 2014. Language of the symposium: French or English. Selected contributions will be published.

 

Organizing Committee:

Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Danièle Fraboulet (Université de Paris-Cité -Paris 13/CRESC) ; Cédric Humair (Université de Lausanne) ; Michel Margairaz (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne/ IDHE) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II/LARHA)

Scientific Committee:

France

Eric Bussière (Université de Paris IV) ; Olivier Dard, (Université de Paris IV) ; Dominique Barjot (Université de Paris IV) ; Clotilde Druelle-Korn, (Université de Limoges) ; Jean-François Eck (Université de Lille  III) ; Danièle Fraboulet, (Université de Sorbonne Paris-Cité Paris 13) ; Patrick Fridenson (EHESS) ; Hervé Joly (CNRS) ; Annette Jobert, (CNRS-IDHE) ; Michel Margairaz, (Université de Paris I – Panthéon – Sorbonne) ; Hélène Michel, (Université de Strasbourg) ; Michel Offerlé (ENS Ulm) ; Gilles Richard, (IEP Rennes) ; Béatrice Touchelay, (Université de Lille III) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II)

Other European countries:

Werner Bührer (Allemagne) ; Suzy Pasleau (Belgique) ; Dirk Luyten (Belgique) ; A. Escudero (Espagne)  ; G. Berta (Italie) sous réserves ; Philip Ollerenshaw (R-U) ; Cédric Humair (Confédération Helvétique)  ; Sébastien Guex (Confédération Helvétique) ; Hans-Ulrich Jost (Confédération Helvétique) ; Laurent Tissot (Confédération Helvétique).


[1] Les résultats ont été publiés aux Presses Universitaires de Rennes (PUR) au printemps 2012 (Danièle Fraboulet et Pierre Vernus (dir.), Genèse des organisations patronales en Europe 19e-20e siècles).

[2] Publié en 2013 chez le même éditeur : Danièle Fraboulet, Clotilde Druelle-Korn et Pierre Vernus (dir.), Les organisations patronales et la sphère publique. Europe XIXe-XXe siècles.

[3] La publication est en cours.

[4] Publication à l’automne 2013 chez Peter Lang (D. Fraboulet, A.M. Locatelli, P. Tedeschi (eds), Historical and International Comparison of Business Interest Associations (19th-20th Centuries).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.