Appel à communications / La mesure du travail à l’échelle des empires – Aubervilliers, 21-22 juin 2022

La mesure du travail à l’échelle des empires

Coordinateurs. Béatrice Touchelay (ULille), Emmanuelle Sibeud (UParis8) et Miguel Bandeira Jeronimo (UCoimbra, Portugal)

Campus Condorcet-Aubervilliers (France)

salle 0.010

21-22 July 2022

Ce colloque propose d’analyser et de comparer l’organisation, les conditions et les performances du travail dans les configurations impériales, dans les métropoles ou les colonies, entre le XVIIIe et le XXe siècle, période marquée par d’importants moments critiques et des transitions politiques majeures, comme l’expansionnisme colonial mondial, les révolutions techniques et technologiques, l’importance croissante des organisations internationales et transnationales, la décolonisation, les rivalités de la guerre froide et l’effondrement du bloc soviétique. Les contributions mettront en lumière les transformations du travail, ses conditions, sa mesure, la manière dont il est compté, pris en compte, classé et encadré, dans différentes configurations impériales et coloniales. Elles correspondront chacune à une période et une aire géographique différente de la période post-esclavagiste. La comparaison de ces situations vise à acquérir à une connaissance plus fine de la main d’œuvre en situation coloniale, ressource essentielle du développement des empires (coloniaux). Elle conduira à une clarification des enjeux de l’organisation et de la mobilisation du travail, et à une meilleure compréhension des tensions qui les traversent, des luttes et des consensus qu’elles génèrent dans des circonstances historiques et géographiques différentes.

Les communications permettront de préciser dans quelle mesure les résultats du travail (productivité – rentabilité) sont liés aux formes et au degré de contraintes imposées aux travailleurs. Ils permettront également de discuter des effets des efforts de standardisation des discours et des évaluations normatives du travail depuis la formation des institutions internationales au lendemain de la Première Guerre mondiale. Ils permettront aussi de préciser comment les différentes organisations politiques ou économiques des empires et des États ont façonné, ou du moins influencé, l'(in)efficacité du travail. Ce critère d'” efficacité ” sera discuté dans chacune des configurations évoquées. Ainsi, certaines communications mettront en lumière l’impact des transitions techniques et politiques sur la mobilisation de la main-d’œuvre. D’autres questionneront la centralité de la productivité et de l’organisation du travail dans le colonialisme tardif et la décolonisation. On s’interrogera également sur les caractéristiques du travail, sa composition ou ses modalités, qu’elles soient contraintes et forcées ou « libres », interrogeant le sens et la graduation de cette « liberté ».

Le colloque entend croiser les approches de chercheurs confirmés ou débutants qui placent le travail, en tant que ressource, et les travailleurs, en tant que catégorie, ainsi que les dimensions comparative et impériale au cœur de leurs préoccupations. 

Les propositions (une page de présentation, archives mobilisées, principales questions de recherche) avec un titre et une demi-page de biographie (fonction, institution et dernières publications) sont à envoyer à beatrice.touchelay@univ-lille.fr et mbjeronimo@gmail.com avant le 30 janvier. Nous répondrons vite, avant la fin du mois de février, afin d’organiser le colloque.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search