Appel à communications / Fordisme, Financiarisation, néolibéralisme : mutations, transitions, ruptures ou continuités au sein des organisations. Une approche pluridisciplinaire, Lille, 6-7 octobre 2022

Mise-à-jour : modification des dates. Le colloque n’aura pas lieu les 21-22 novembre 2022 comme préc édemment annoncé, mais les 6 et 7 octobre 2022.

Fordisme, Financiarisation, néolibéralisme : mutations, transitions, ruptures ou continuités au sein des organisations. Une approche pluridisciplinaire (English version bellow)

Lille, 6-7 octobre 2022

Version PDF de l’appel à communications / PDF Call for papers with English translation:

L’objectif de ce colloque est de faire dialoguer plusieurs traditions disciplinaires afin de questionner un récit désormais classique de certaines mutations économiques majeures du dernier tiers du vingtième siècle. Il prend comme point de départ l’espace français qui accueille un grand nombre de travaux, mais vise à enrichir le regard par une démarche comparative avec d’autres espaces nationaux. Les évolutions désignées par les concepts de « financiarisation » et de « néolibéralisme » sont multiples. Pour le premier, une première approximation pourrait être de considérer l’essor inédit des marchés, des acteurs financiers, mais également des motivations financières dans la régulation de l’économie, la conduite des organisations avec l’essor de la valeur actionnariale, mais également la gestion de la vie quotidienne des individus (Epstein, 2005 ; Van der Zwan, 2014). Le concept de « néolibéralisme » est quant à lui associé à un processus dans lequel l’État accompagne à partir des années 1980 une nouvelle phase expansionniste pour les actionnaires et leurs représentants, les détenteurs de patrimoines et spécialistes de l’accumulation de capitaux financiers. Il doit pour cela créer et maintenir un cadre institutionnel caractérisé par le libre-échange, le marché tout puissant en garantissant les droits de propriété. Ces éléments constituent des garants du renforcement croissant du «pouvoir oligopolistique, monopoliste et transnational détenu par une poignée de multinationales centralisées » (Harvey, 2014, p. 124), ce qui explique pourquoi ces deux concepts sont fréquemment accompagnés de ceux de mondialisation ou globalisation des marchés.

Or, à mesure qu’ils nourrissent les travaux d’économistes, d’historiens, de gestionnaires et de sociologiques cherchant à caractériser les grandes mutations contemporaines du capitalisme, ces grands concepts finissent par renvoyer à des dynamiques de plus en plus diverses. La grande opposition entre le fordisme industriel et la financiarisation néolibérale forgée en son temps par l’École de la régulation est désormais nuancée (Aglietta, 1978). Une nouvelle génération de néo-régulationnistes a pu envisager avec plus de souplesse les transformations institutionnelles de l’économie. En outre, un nombre important de travaux ont contribué à déconstruire la rupture des années 1980 associée à la financiarisation ou au néolibéralisme, pensés comme la négation du régime de production fordiste. Parler de financiarisation néolibérale présente désormais le risque d’imaginer une finance auparavant absente et désormais hégémonique, alors qu’historiens, gestionnaires, sociologiques, économiques et politistes dégagent des dynamiques de transitions plurielles dont certaines sont désajustées voire contradictoires.

D’abord, le concept de néolibéralisme a été déconstruit et réinscrit dans l’histoire longue des politiques économiques françaises par Richard Kuisel d’abord (Kuisel, 1984), puis par François Denord (Denord, 2007) et Brigitte Gaïti. Cette dernière indique une « érosion discrète de l’État providence » à partir des années 1950 (Gaïti, 2014). Ces recherches réinscrivent les évolutions associées au néolibéralisme dans une chronologie plus large. Concernant l’évolution des structures de l’État dit régulateur, il convient d’évoquer les travaux de Laure Quennouëlle-Corre (Quennouëlle-Corre, 2001), Benjamin Lemoine (Lemoine, 2016), Sarah Kollop (Kolopp, 2013) et Michel Margairaz (Margairaz, 2019). Ceux-ci mettent en évidence des tendances antérieures à la dérèglementation et soulignent, dans cette dynamique, le rôle actif d’acteurs administratifs et politiques dès les années 1960, loin de la représentation d’agents forcés de succomber aux récentes contraintes du marché. La rupture du début des années 1980 est in fine largement nuancée, notamment à travers ce qui fut appelé le « tournant de la rigueur » de 1983 (Eloire, 2020), qu’il convient désormais de réinscrire dans une évolution règlementaire bien plus longue (Descamps & Quennouëlle-Corre, 2018). Ainsi, ces travaux ont interrogé la chronologie de l’émergence et de la pénétration des conceptions associées au néolibéralisme au cœur de l’appareil d’État, ce qui conduit à interroger la nature exacte de l’État, tout comme les rapports entre acteurs publics et privés.

Ensuite, certains éléments traditionnellement associés à la financiarisation néolibérale de la toute fin du 20e siècle sont identifiées en France dès les années 1970 par Pierre François et Claire Lemercier (François & Lemercier, 2016). Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales Zingales mettent en évidence le niveau de développement élevé du secteur financier dans les années 1960 dans la plupart des pays économiquement développés. Ils soulignent, tout comme Antoine Bozio, qu’un tel niveau n’est atteint qu’à la fin des années 1990 (Bozio, 2002; Rajan & Zingales, 2003). Quentin Belot souligne quant à lui, le rôle du développement industriel et de la construction organisationnelle dans les mutations financières des grands groupes (Belot Couloumies, 2021). La financiarisation possède en effet de nombreux liens avec les dynamiques organisationnelles. Certaines transformations financières au sein des firmes s’inscrivent d’ailleurs dans des processus de désindustrialisation et ne sont pas réductibles à l’intrusion de nouveaux acteurs financiers extérieurs aux entreprises (Labardin & Jerman, 2020). Ainsi, d’une part la consistance de ces grandes catégories et la grande rupture des années 1980 sont désormais nettement relativisées ; d’autre part, on observe de multiples transitions qui permettent de repenser les permanences, les sédimentations, les continuités et les ruptures de façon plus fine.

À l’échelle de la comptabilité et du contrôle des firmes également, on observe des similitudes ou des continuités. La financiarisation est un phénomène dont l’ancienneté a été soulignée (Chiapello et Walter, 2016). Les arguments présidant à l’instauration des outils budgétaires au sein des entreprises dans les années 1930 sont les mêmes que ceux de leur retrait à la fin du 20e siècle (Alcouffe et al., 2008). Les derniers développements du contrôle financier au sein des firmes, souvent associées à la financiarisation, s’inscrivent dans une très ancienne histoire industrielle (Denord & Henry, 2007; Levant & Zimnovitch, 2013; Touchelay, 2005). Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les élites françaises s’orientent vers la modernisation des structures de l’économie française sur le modèle états-unien (Djelic, 2004). Le contexte idéologique qui voit l’émergence de certaines méthodes comptables parfois associées à la financiarisation est attaché à la volonté de planification davantage qu’aux lois du libre marché dès les années 1930 (Berland, 1999). Enfin et inversement, les époques au sein desquelles le contrôle de gestion était d’un point de vue formel moins développé ne coïncident pas nécessairement avec une faible prise en compte de la dimension financière dans les décisions stratégiques (Lambert & Sponem, 2009). Le développement des dispositifs de gestion est donc loin de suivre un chemin linéaire d’une orientation uniquement industrielle vers une orientation essentiellement financière. Les pratiques de contrôle financier sont aussi anciennes que le capitalisme et il n’est parfois pas évident de distinguer ce qui relève d’activités comptables financières et de pratiques managériales financiarisées (Berland, 2018).

Derrière les grandes catégories de « financiarisation » ou « néolibéralisme », apparaissent en fait des phénomènes pluriels, dont les démarcations temporelles et géographiques ont tendance à s’estomper à mesure que des recherches empiriques précisent la focale de ces transformations. Si cette grande rupture a largement été nuancée à propos de l’appareil d’État, cela est moins évident concernant les organisations elles-mêmes. Le colloque cherche donc à croiser et faire dialoguer les analyses historiques, gestionnaires, sociologiques et économiques à travers des travaux empiriques consacrés à des cas de firmes, de banques, de sociétés financières, de marchés ou de dispositifs s’inscrivant dans les dynamiques de long terme de la seconde moitié du 20e siècle et du début du 21e autour des dynamiques de financiarisation. Si le point de départ de cette réflexion prend appui sur des cas français, les contributions permettant les comparaisons avec d’autres pays sont les bienvenues.

Voici quelques exemples de thèmes pressentis :

  • Les transformations des outils de la comptabilité financière sur le long terme ;
  • L’évolution des liens entre les dimensions financières du contrôle de gestion et les objectifs opérationnels des firmes ;
  • L’évolution des groupes d’actionnaires à la tête des groupes industriels ou bancaires ;
  • Analyse des règlementations financières et des règlementations d’acteurs ;
  • L’évolution de la structuration des marchés financiers et de leur cadre règlementaire ;
  • Les transformations des relations financières entre firmes, États, managers, holdings et sociétés financières diverses ;
  • Les relations entre le capital industriel et financier sur le temps long ;
  • Les origines privées de la régulation financière publique ;
  • Les caractérisations microéconomiques des revenus de type financiers ;
  • Les circulations des flux monétaires au sein des entreprises, de la trésorerie au cash-flow ;

Ces thématiques ne sont pas restrictives, les propositions qui abordent d’autres sujets sont les bienvenues. De même, les différentes approches méthodologies, tant qualitatives que qualitatives, sont possibles.

Le format attendu des intentions de communication est compris entre une et deux pages (moins de 4 000 signes). Ils doivent dégager avec clarté la problématique traitée, les sources mobilisées (archives, corpus, entretiens, terrains d’observation, etc.), les méthodes employées ainsi que les résultats présentés. Ils sont à envoyer au plus tard le 30 juin 2022. La réponse des évaluateurs est prévue le 15 septembre au plus tard et les textes complets sélectionnés (40 000 caractères maximums hors bibliographie) seront attendus pour le 15 octobre 2022.

Scientific Committee

Quentin Belot, Marlène Benquet, Valérie Boussard, Théo Bourgeron, Nicolas Berland, Catherine Comet, Thomas Dallery, Fabien Eloire, Patrick Fridenson, Pierre-Cyrille Hautecoeur, Pierre Labardin, Jean-Luc Mastin, Jeremy Morales, Pierre Penet, Nicolas Pinsard, Joël Rabinovitch, Marie Redon, Béatrice Touchelay.

Organizing Commitee

Quentin Belot Fabien Eloire Marie Redon

Pour toute question relative au Colloque, merci de contacter Quentin Belot (quentin.belot@univ-lille.fr)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search