Cycle de séminaires “Temporalités du capitalisme : regards croisés États-Unis/Monde” / Paris, Institut du Monde Anglophone

Les jeudi après-midi, Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l’École de Médecine, 75006 Paris.

Les séances se dérouleront, dans la mesure du possible en mode hybride : en présentiel à l’Institut du Monde Anglophone (5 rue de l’1Ecole de Médecine, Paris 6e, métro Odéon) ou en visio-conférence.

Pour recevoir le lien de visio-conférence, merci de vous inscrire à l’adresse : pierre.gervais@sorbonne-nouvelle.fr

Attention, les heures de début du séminaire peuvent varier légèrement.

Organisation : Alexia Blin, Pierre Gervais, Évelyne Payen-Variéras, Jean-Baptiste Velut, (Sorbonne Nouvelle / CREW), Nicolas Barreyre (EHESS / Mondes américains)

Programme printemps 2022

• 17 février 2022 Donna KESSELMAN – Professeur, IMAGER, Université Paris-Est Créteil : «Uberisation du travail : continuité ou rupture du modèle d’emploi américain ? »

Institut du Monde Anglophone, 16h30-18h30, salle 33

• 24 mars 2022 Pierre FRANÇOIS – Directeur de recherche CNRS, CSO / Sciences Po, et Claire LEMERCIER – Directrice de recherche CNRS, CSO / Sciences Po : Débat autour de leur ouvrage Sociologie historique du capitalisme

Institut du Monde Anglophone, 16h30-18h30, salle 33

• Jeudi 7 avril 2022 Robert BOYER – Chercheur associé, Institut des Amériques :« Origines et conséquences du capitalisme de plateforme pour les Etats-Unis »

Institut du Monde Anglophone, 16h30-18h30, salle 16

• Jeudi 2 juin 2022 Jean-Baptiste VELUT (sous réserve) – Maître de conférences, Département du Monde Anglophone, Université Sorbonne-Nouvelle : «Séance bibliographique : Les temporalités du capitalisme global »

Lieu à préciser

Argumentaire scientifique

Au-delà ou à côté des interminables débats sur les éléments permettant de définir le “capitalisme”, un autre domaine, paradoxalement moins exploré en tant que tel, est celui de ses rythmes temporels. Des écoles diverses proposent des chronologies très différentes, pas toutes en cohérence avec ce que l’on observe du capitalisme aux États-Unis. Ces chronologies vont du capitalisme plurimillénaire d’André Gunder Frank à des versions beaucoup plus récentes, focalisées sur la transition technique développée depuis 1750 en Europe de l’Ouest (David Landes), voire dans la seule Grande-Bretagne, en passant par une chronologie semi-longue, qui place les débuts du capitalisme moderne quelque part entre la Renaissance et le 18e siècle (de Fernand Braudel à Kenneth Pomeranz, en passant par des économistes comme Robert Allen). Cette dernière périodisation, sans doute la plus largement répandue à l’heure actuelle, a engendré à son tour des variantes diverses, situant l’entrée dans le capitalisme à différents moments et les inscrivant dans des espaces différents, celui de l’Europe du Nord Ouest ou celui de la “première globalisation”. Le statut du capitalisme “américain” dans ces narrations est d’ailleurs souvent marginal, sauf peut-être dans la récente “nouvelle histoire du capitalisme” (Sven Beckert, Calvin Schermerhorn), focalisée sur l’esclavage et ses suites dans la tradition d’Eric Williams.

Le point d’aboutissement de ces évolutions n’est pas des plus clairs non plus, puisque le capitalisme post-1850, généralement considéré comme “moderne” par les auteurs qui se placent en amont de celui-ci, se subdivise dès que l’on se penche sur lui de plus près, et génère à son tour des périodes successives souvent pensées comme très différentes: seconde globalisation, capitalisme sauvage ou libéral suivant les points de vue, Fordisme, post-Fordisme ou capitalisme financier, avec des hypothèses diverses sur les évolutions les plus récentes, comme le capitalisme de plate-forme ou la mondialisation numérique (Robert Boyer, Richard Baldwin). En revanche, le rôle des États-Unis dans ces différentes étapes est souvent considéré comme essentiel.

Le cycle de rencontres que nous proposons prendra comme objet cette diversité temporelle, et visera à faire dialoguer des spécialistes d’époques historiques très variées autour d’une seule et même question : quelles temporalités choisir pour ce que l’on appelle “capitalisme”? Les choix en ce domaine entraînent aussi des choix définitionnels, mais notre hypothèse est qu’il sera plus facile de préciser les termes et les enjeux, et de construire un dialogue productif entre positions théoriques différentes, si la discussion porte sur les rythmes chronologiques, sur la périodisation, sur des moments identifiables et délimitables qui permettraient de baliser de quel “capitalisme” chacun parle, et de situer la discussion dans l’épaisseur des pratiques. Nous prendrons comme point de référence les évolutions en Amérique du Nord et chercherons à les confronter principalement à celles de l’Europe de l’Ouest, sans nous interdire d’explorer d’autres régions. Chaque invitée ou invité se verra demander de proposer sa lecture de la chronologie du capitalisme, lecture qui sera ensuite discutée à la lumière des évolutions de l’économie politique de l’Amérique du Nord, des empires européens à la période actuelle. L’un des enjeux du séminaire est aussi de sortir les chronologies nationales de leur cadre étroit et de les comparer entre elles, en partant de l’exemple nord-américain.En dehors des séances avec des invité-e-s, nous proposerons aussi des séances au format plus court, où seront présentées des tendances historiographiques ou des ouvrages, récents ou classiques, afin de constituer une base de lectures communes aux participant-es du séminaire. 

Bibliographie

  • Aglietta, Michel. Regulation et crises du capitalisme. Odile Jacob, 1997.
  • Allen, Robert C. Introduction à l’histoire économique mondiale. La Découverte, 2014.
  • Baldwin, Richard, The Globotics Upheaval: Globalization, Robotics, and the Future of Work, Weidenfeld & Nicolson, 2019.
  • Beckert, Sven, et Seth Rockman, éds. Slavery’s capitalism: a new history of American economic development. University of Pennsylvania Press, 2016.
  • Boltanski, Luc, et Ève Chiapello. Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard, 2011.
  • Braudel, Fernand. La Dynamique du capitalisme. Arthaud, 1985.
  • Boyer, Robert. Économie politique des capitalismes: théorie de la régulation et des crises. La Découverte., 2015.
  • Desan, Christine. Making money: coin, currency, and the coming of capitalism. Oxford University Press, 2014.
  • DuPlessis, Robert S., Transitions to capitalism in early modern Europe: economies in the era of early globalization, c. 1450-c. 1820. Cambridge University Press, 2019.
  • Findlay, Ronald, et Kevin H. O’Rourke. Power and Plenty: Trade, War, and the World Economy in the Second Millennium. Princeton University Press, 2007.
  • Frank, André Gunder. “A Theoretical Introduction to 5,000 Years of World System History”. Review (Fernand Braudel Center), vol. 13, no2, 1990, p. 155-248.
  • Hodgson, Geoffrey M. Conceptualizing capitalism: institutions, evolution, future. University of Chicago Press, 2015.
  • Landes, David S. L’Europe technicienne: révolution technique et libre essor industriel en Europe occidentale de 1750 à nos jours. Gallimard, 1975.
  • McCloskey, Deirdre N. Bourgeois equality: how ideas, not capital or institutions, enriched the world. The University of Chicago Press, 2016.
  • Pomeranz, Kenneth. Une grande divergence: la Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale. Albin Michel / Maison des sciences de l’homme, 2010.
  • Williams, Eric Eustace. Capitalisme et esclavage. Présence africaine, 1998 [1944].
  • Wood, Ellen Meiksins. L’origine du capitalisme : une étude approfondie. Lux, 2009.
  • Wrigley, Edward A. Continuity, Chance and Change: The Character of the Industrial Revolution in England. Cambridge University Press, 1989.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search