2e CONGRES INTERNATIONAL D’HISTOIRE DES ENTREPRISES EN FRANCE

PARIS, 15-16 juin 2023 – APPEL À COMMUNICATION 

CRISES, TRANSITIONS ET RÉSILIENCES : VUES NOUVELLES SUR LES ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LES ESPACES FRANCOPHONES

En France et dans l’espace francophone, les entreprises ont connu ces dernières années, comme leurs homologues dans le monde, des moments de crises et des transformations profondes. La pandémie du Covid-19, qui s’est développée de façon foudroyante depuis le début de 2019, a donné lieu, comme après chaque crise, à de nombreuses analyses sur les mutations du monde économique. Ces interrogations ont été relancées et avivées, notamment en Europe, par l’éclatement de la guerre d’Ukraine qui, notamment, porte des coups sérieux au système mondial des échanges et, à travers lui, à la mondialisation des années 2000-2010. Comme à chaque fois, de nombreux commentateurs se sont demandé et se demandent si le « monde d’après » sera, ou pas, comme avant.

Ainsi les crises, les conflits ou les guerres mettent à l’épreuve les entreprises. Ils les obligent à se transformer et testent leur résilience. Mais ils engagent aussi l’État. Les résonnances keynésiennes des mesures prises dans des temps récents face à la crise de la Covid-19 ont contribué à interroger les modèles économiques ou politiques jusque-là dominants. Elles nous rappellent que l’État entendu au sens large est et demeure toujours un acteur majeur dans les périodes de crise. Avec le recul, comment ne pas penser à d’autres périodes de l’histoire ? Les crises économiques cycliques du XIXe siècle – celle par exemple de 1846-47 ou la longue dépression des années 1883-1896 -, ou celles du XXe – 1921-1922, 1926-27, plus encore la « grande dépression » des années 1930, celles, récurrentes des années 1970, 1980 et 1990, ou plus près de nous les chocs de 2007-2009. Comment ne pas évoquer aussi les conflits militaires, de plus en plus industrialisés, qui ont engendré la guerre totale, puis ouvert sur l’âge nucléaire et les conflits indirects entre superpuissances passées, présentes ou émergentes. À ces crises, succèdent des périodes de reconstructions, de restructurations et de transformations plus ou moins brutales. Ces questions ne sont pas nouvelles.

Que peut nous apprendre ici l’Histoire ? Les difficultés, voire l’effondrement de certains secteurs constituent une première source de compréhension de l’actualité. La distance historique permet de mieux de revenir sur les concepts, pour en identifier les permanences et les contingences et faire apparaître les temporalités de ces phénomènes majeurs. Cela conduit à s’interroger sur leur éventuelle nouveauté ou modernité, permet de savoir ce qu’ils peuvent engendrer en termes de « transitions » ou de « résilience »… Si ruptures il doit y avoir, où, quand, comment et pourquoi sont-elles susceptibles d’apparaître au regard de la dimension historique ? Ne faut-il pas plutôt parler d’accélération de tendances plus anciennes ? Comment ces phénomènes interrogent-ils les cadres intellectuels, les outils et les méthodes de la business history à la française ? Répondre à ces questions constitue l’objectif assigné au deuxième Congrès de Paris.

Il s’agit, dans un esprit d’ouverture intellectuelle et disciplinaire, de rassembler le plus largement possible des chercheurs issus de différentes traditions des sciences humaines. Il suffit dès lors qu’ils inscrivent leurs travaux dans une perspective historique ou qu’ils abordent des questions liées à la dynamique historique des entreprises. Outre les collaborations et  les confrontations entre les enseignants et chercheurs français ou étrangers, l’objectif de ce congrès est aussi de favoriser les échanges entre le monde académique et les acteurs de la vie économique, tant publics que privés, qui s’intéressent à l’histoire des entreprises, à leur  positionnement et à leur fonctionnement, à leurs performances, à leurs structures et à leurs stratégies, à celle, plus largement, des organisations et de tous ceux qui y vivent et y travaillent. Enfin, le congrès se fixe, logiquement, l’objectif d’offrir, à propos de ces objets, l’occasion d’une réflexion sur la façon dont l’histoire des entreprises se fait, s’écrit aujourd’hui en France ou dans l’espace francophone. Cela ouvre la voie à un large débat sur les perspectives et les différences par rapport à d’autres approches, notamment anglo-saxonnes. Il s’agit ainsi d’aborder trois grands groupes de questions.

Dans la droite ligne des questionnaires qui précèdent, trois axes majeurs se dégagent. 1) Il s’agira d’évaluer et/ou de mesurer les forces et les faiblesses des entreprises françaises et étrangères dans un environnement de crise. 2) Il conviendra ensuite de s’interroger sur les pratiques et les comportements des firmes françaises face au défi du changement et de l’adaptation. Enfin, 3) la question se pose de savoir si l’histoire des entreprises en France dispose ou non des outils et des concepts pour penser la transition et la résilience aujourd’hui ?

Dans le cadre du centenaire de la mort de Gustave Eiffel, le congrès offrira une place significative aux travaux et communications qui déclineront les problématiques et les axes présentés dans cet appel d’offre. Communications, sessions ou contributions qui mobiliseraient les sources, l’histoire ou les produits en liaison avec la carrière de Gustave Eiffel, l’histoire de ses inventions et de ses entreprises seront les bienvenus.

Il faut noter que la cérémonie de clôture du congrès se tiendra au 1er étage de la Tour Eiffel, privatisée pour l’occasion.

En principe, le Congrès se tiendra en présentiel ; seules les tables rondes et séances plénières pourront être suivies en visioconférence. Des soutiens financiers pourront être accordés sur demande aux jeunes chercheurs. Ils viseront de façon privilégiée les modes de transports collectifs ou « éco-responsables ».

Les propositions peuvent être faites en français ou en anglais.

Attention : pour déposer une proposition, il faut d’abord ouvrir un compte sur le site SciencesConf : https://www.sciencesconf.org/user/createaccount 

Veuillez trouver ci-joint les principales échéances :

Sessions thématiques complètes :

* Ouverture : 23 septembre 2022 Proposer une session

* Date limite de dépôt des propositions : 28 janvier 2023

Pour mémoire, une proposition de session doit comprendre un(e) président(e), un(e), discutant(e) et 3 présentations.

 

Communication individuelle :

* Ouverture : 15 octobre 2022

* Date limite de dépôt des propositions : 28 janvier 2023

 

École Doctorale :

* Ouverture des candidatures : 23 septembre 2022 candidater

* Date limite de dépôt des candidatures : 28 janvier 2023

 

Session « Poster »  :

* Ouverture des candidatures : 28 octobre 2022

* Date limite de dépôt des candidatures : 24 février 2023

Vous trouverez d’autres éléments sur le site du congrès :

– Site Internet : https://businesshist23.sciencesconf.org/

– Twitter : @BusinessHist23

 

Appel à communication en anglais: Call for paper Novembre 2022 (V3) 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search