Des concepts pour l’histoire de la finance entrepreneuriale, n° 1

Auteur : Muriel Petit-Kończyk,

Faculté de finance Banque et comptabilité, Université de Lille2

Le capital-réputation, les business angels, le financement étape par étape sont des concepts de la finance entrepreneuriale élaborés dans les années 1990 pour analyser le financement risqué des start-ups. Mais ces concepts récents sont-ils pertinents pour appréhender les pratiques de financement de jeunes firmes des périodes passées ? Que nous apprend le cas de la compagnie des Eaux de Paris, fondée en 1778 ?

Par le passé, les dirigeants de l’entreprise chimique L’Air Liquide avaient parfaitement intégré la réalité de ces concepts dans le stade critique du démarrage de leur société en 1898 (Petit-Konczyk, 2003 ; Wirtz, 2006 ; Fabre, 2011). Que nous apprend, 120 ans plus tôt, le cas de la Compagnie Générale des Eaux de Paris qui émerge alors que les structures de l’Ancien Régime vacillent et que la Première Révolution industrielle est en marche ?

Le capital-réputation

Le capital-réputation est défini comme un apport non monétaire ou d’un faible montant provenant d’institutions ou de personnalités jouissant d’une certaine notoriété (Lerner, 1994). Ce capital-réputation est crucial pour le financement des start-ups qui rebutent les investisseurs à cause de l’incertitude qui pèse à la fois sur la technologie et les marchés futurs. Il enclenche les premiers stades de financement en apportant une certification, qui rassure des actionnaires ou tiers potentiels (Megginson et Weiss, 1994 ; Moukheiber, 1996).

Au milieu des années 1770, deux ingénieurs, les frères Périer, projettent d’équiper la ville de Paris d’un réseau d’eau courante, en puisant l’eau de la Seine grâce à une machine à vapeur (Bouchary, 1946 ; Payen, 1969). La technologie est innovante, les perspectives commerciales incertaines mais les deux frères ne sont pas des inconnus. A l’époque, le Duc d’Orléans, un noble particulièrement influent, parent de la famille royale, les avait sorti de l’ombre. Il leur avait permis de se forger une réputation auprès de la noblesse parisienne en mettant à leur disposition une annexe de son hôtel parisien qui va devenir une vitrine de leur ingéniosité. Ils y construisent et exposent des modèles réduits de machines à vapeur dont les parisiens fortunés raffolent et se pressent d’acquérir pour enrichir leurs cabinets de curiosités, véritables musées privatifs. Il leur confiera également la réalisation grandeur nature d’une « machine à feu » dans son jardin de Monceau qui actionnait diverses animations de ce « parc à machines » très en vogue à l’époque (Bagatelle, Neuilly). Connus de la noblesse parisienne, les Périer n’auront pas de mal à obtenir les autorisations nécessaires au démarrage de leur projet.

Les business angels

Le plus souvent, les premiers stades des entreprises sont financés par la famille ou le proche réseau relationnel, sauf quand ce réseau fait défaut ou que la nature du projet rebute l’entourage par sa taille ou son niveau de risque. Les banques, la bourse, les sociétés de capital-risque ne sont pas non plus présentes dans ces stades précoces de financement où les garanties, les bénéfices et les dividendes sont absents. La littérature actuelle a désigné par le terme business angels les particuliers fortunés capables de prendre les risques de financement dans le démarrage de telles entreprises (Wetzel, 1983 ; Lerner, 1998 ; Prowse, 1998). En plus de l’apport de fonds, ils mettent souvent leur expertise professionnelle au service des dirigeants des jeunes sociétés.

Qui étaient les business angels de la Compagnie des Eaux de Paris ? Si les frères Périer ont pu compter sur la noblesse parisienne pour acquérir du capital-réputation, c’est vers les riches parisiens détenteurs d’offices qu’ils devront se tourner pour financer le lancement de leur compagnie. Parmi eux Baudard de Sainte James, trésorier général de la marine, et de Sérilly, trésorier général de la guerre, apportent une avance de 900 000 livres. Baudard de Sainte James mène un grand train de vie à Paris, rivalise avec les princes dans la construction de sa « folie » à Neuilly et investit dans les secteurs pionniers de l’économie, la houille et la sidérurgie, dont la rentabilité n’est pas garantie. L’entrepreneur anglais William Wilkinson a été aussi l’un des premiers actionnaires de la jeune compagnie, alors qu’il supervisait en France, depuis 1777, la mise route d’une fonderie de canons pour la marine royale française à Indret. Wilkinson n’a pas acquis d’actions de la jeune compagnie mais les a acceptées en paiement de la livraison d’une grande quantité de conduites en fonte nécessaires à la future construction du réseau d’eau parisien.

Le financement étape par étape

Par prudence, la totalité des capitaux dont une jeune société a besoin, pour accomplir son business plan, est rarement investie en une seule fois mais au fur et mesure des étapes de développement afin que les dirigeants sachent, en commençant leur projet, qu’ils ont juste assez de capital pour atteindre le stade ultérieur (Salhman, 1990). En investissant étape par étape, les sociétés de capital risque ou les business angels se réservent le droit d’abandonner le projet (option d’abandon) car un entrepreneur n’arrêtera jamais un projet hasardeux si des investisseurs continuent à injecter du capital.

Le projet ambitieux de la Compagnie des Eaux de Paris a nécessité de gros montants de financement mais très rapidement, les tentatives répétées d’émissions d’actions ou d’obligations ne sont plus couvertes et les business angels de la première heure cherchent un relais pour récupérer leurs avances. Proches du monarque, ils persuadèrent ce dernier d’accorder un prêt de 1 200 000 livres dont le montant devait être injecté périodiquement, à raison de 50 000 livres par mois pendant deux ans, contre l’émission de 1000 actions de 1200 livres de la compagnie. Comment Louis XVI parviendra-t-il à recycler ce capital à l’aube de la Révolution Française ?

Pour une étude plus détaillée du cas de la compagnie des Eaux de Paris : lire les notes de cours (Petit-Kończyk, 2011).

Références

Bouchary J. (1946) La compagnie des eaux de Paris et l’entreprise de L’Yvette, Marcel Rivière et Cie, Paris.

Fabre K. (2008) L’influence de l’évolution des modes de financement des entreprises sur le modèle comptable français (1890-1939), les cas de Schneider et L’Air Liquide, thèse de doctorat en Sciences de gestion, Université Paris IX Dauphine.

Lerner J. (1998) “Angel Financing and Public Policy – an Overview”, Journal of Banking and Finance, vol. 22, n° 6, p. 773-783.

Megginson W. Weiss K. (1991) “Venture Capital Certification in Initial Public Offerings”, Journal of Finance, vol. 46, n° 3, p. 879-903.

Moukheiber Z. (1996) “Kleiner’s Web”, Forbes, March 25th, p. 40-42.

Payen J. (1969) Capital et machine à vapeur au XVIII siècle : les frères Périer et l’introduction en France de la machine à vapeur de Watt, Mouton, Paris

Petit-Kończyk M (2003) « Le financement d’une start-up : L’air Liquide 1898-1913 », Finance, Contrôle et stratégie, vol. 6, n° 4, p. 25-58.

Petit-Kończyk M. (2011) Le financement d’une start-up de l’Ancien Régime : La compagnie des Eaux de Paris 1777-1784, Notes de cours d’Histoire du Management Financier, Université de Lille2.

Prowse S (1998) “Angel Investors and the Market for Angel Investments”, Journal of Banking and Finance, vol. 22, n° 6-8, p. 785-792.

Salhman W. (1990) “The Structure and governance of Venture Capital Organizations”, Journal of Financial Economics, vol. 27, n° 2, p. 473-521.

Wetzel W. (1983) “Angels and Informal Risk Capital”, Sloan Management Review, vol. 24, n° 4, p. 23-24.

Wirtz P. (2006) « Compétence, conflits et création de valeur : vers une approche intégrée de la gouvernance », Finance, Contrôle et Stratégie, vol. 9, n° 2, p. 187-201.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.