Philip Scranton et Patrick Fridenson : Reimagining Business History

Philip Scranton et de Patrick Fridenson, Reimagining Business History, Baltimore, John Hopkins University Press, 2013, 260 p.

Note de lecture de Yannick Lemarchand, publiée dans le n° 115 de Gérer et comprendre, mars 2014, reprise avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue.

scranton comp.inddDeux des plus éminents spécialistes de la Business History viennent de publier un ouvrage qui fera date. Pour des lecteurs français, il ne semble pas nécessaire de présenter très longuement Patrick Fridenson, je rappellerai simplement qu’il est directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales et rédacteur en chef d’Entreprises et Histoire. En revanche, ces mêmes lecteurs ne connaissent pas nécessairement Philip Scranton. Professeur d’histoire de l’industrie et de la technologie à l’Université Rutgers (Camden, New Jersey), ce dernier  a publié une dizaine d’ouvrages et plusieurs douzaines d’articles dans les domaines de l’histoire des affaires, de l’industrie et de la technologie. Rédacteur en chef d’Enterprise and Society, il a également assuré durant vingt et un ans la direction du Hagley Museum’s Center for the History of Business, Technology and Society. Notons enfin qu’il a présidé en 2002-2003 la principale association nord américaine d’historiens des affaires – la Business History Conference (BHC) –, une responsabilité dans laquelle Patrick Fridenson lui a succédé en 2003-2004.

« Une des “règles du jeu” en matière de prospective est de se donner le droit de tout réimaginer, de tout remettre en cause et de tout reconstruire », écrivait Bertrand Schwartz à la fin des années soixante (1). Souvent reprise depuis lors, cette citation correspond assez bien à l’esprit de l’exercice intellectuel auquel se sont livrés les deux auteurs, un exercice qu’ils qualifient d’ailleurs d’historiographie prospective. Leur propos n’est cependant pas de procéder eux-mêmes à une « reconstruction » de la Business History, mais de livrer de nouveaux matériaux à tous ceux que tente l’aventure, en s’inspirant parfois de chantiers déjà ouverts. Le nom anglais de la discipline est souvent traduit par « histoire des entreprises », ce qui est souvent jugé trop réducteur, ou parfois par « histoire des affaires. » Si cette dernière traduction ne fait pas davantage l’unanimité, c’est celle que nous retiendrons cependant ici, par seul souci de commodité. En effet, l’ouvrage lui-même montre que le champ couvert est susceptible de s’étendre bien au-delà de ce qui relève du seul business et des entreprises pour englober de fait toutes les catégories d’organisations, leur management et bien d’autres choses encore.

Partant du constat de l’entrée du capitalisme dans une nouvelle phase de son histoire à partir des années Thatcher et Reagan, les auteurs considèrent que les questions, les catégories et les débats qui ont animé cette histoire des affaires, qu’ils qualifient de traditionnelle, sont désormais dépassés. Essentiellement nord-américaine et longtemps hégémonique, celle-ci a naturalisé et présenté comme la norme ce qui ne correspondait qu’à un moment particulier du capitalisme, la grande entreprise. L’objectif de l’ouvrage est d’encourager une recherche qui place l’histoire des affaires dans une histoire plus large en prenant en compte les évolutions intervenues dans d’autres secteurs de la discipline historique et dans des disciplines connexes. À l’opposé d’une analyse historiographique, cet ouvrage examine les possibilités de questions nouvelles et se présente comme une suite de propositions ordonnées et groupées, un ensemble de perspectives et de suggestions. Chacune d’entre elles est traitée en un court article (de 1 200 à 2 500 mots) formant un tout, même si l’on peut y rencontrer parfois un renvoi vers un autre item. Issue d’une réflexion qui s’appuie sur une imposante somme de lectures, l’argumentation est systématiquement étayée par de nombreux exemples. Les notes, qui suivent immédiatement chaque chapitre (le lecteur appréciera de ne pas avoir à se reporter à chaque fois à la fin de l’ouvrage), renvoient aux références bibliographiques concernant celui-ci.

Au total, quarante-trois thèmes sont abordés, qui sont répartis en quatre parties regroupant chacune entre dix et douze items (nous en donnerons quelques exemples).

Les « pièges » à éviter constituent la matière de la première partie. L’illusion du concret, la tentation du scientisme, les rationalisations rétrospectives et les périodisations réductrices en font partie. Mais il est également recommandé de cesser de privilégier la firme, pour élargir le questionnement, et de s’abstenir de vouloir à tout prix élaborer un nouveau paradigme dominant en substitut à l’analyse chandlérienne pour, au contraire, tirer parti de la diversité des approches. Une diversité offerte notamment par les « opportunités » ou les suggestions de domaines thématiques présentées dans la deuxième partie : artefacts, création et créativité, complexité, improvisation, micro-entreprises, organisations à but non lucratif, échecs ou encore rituels et pratiques symboliques. Viennent ensuite les « perspectives », un ensemble de thèmes prometteurs déjà abordés dans la littérature, mais qu’il reste à développer. Ce sont, entre autres, la déconstruction de la propriété, la fraude et l’imposture, le genre, les pays émergents, les projets, les normes ou la confiance, la coopération et les réseaux. Mais il est également suggéré de revisiter avec de nouvelles perspectives des thèmes classiques, tels que la croissance, la valeur et l’évaluation, ou encore les marchés, soit tout un ensemble de concepts à ré-historiciser. Enfin, la dernière partie aborde les « ressources », à savoir les concepts et les cadres de réflexion. Flux, acteurs, communautés de pratiques, mémoire, modernité, risques, spatialité et temps sont quelques-unes des clés d’entrée proposées à l’historien des affaires, également invité à s’interroger sur ses hypothèses implicites.

L’ouvrage se termine par un index des auteurs et un index analytique, ce qui achève d’en faire un précieux instrument de travail. Selon ses auteurs, « certains trouveront certaines sections évidentes, voire banales, et d’autres – nous l’espérons –stimulantes ». Nous ajouterons qu’en fonction de sa propre spécialisation, le lecteur pourra peut-être leur reprocher quelques oublis, mais pour l’essentiel l’ouvrage est effectivement d’une lecture très stimulante et il lui apprendra beaucoup. Il donne amplement matière à réflexion et fera certainement longtemps référence. Initialement destiné aux historiens, il peut ouvrir de multiples horizons aux chercheurs en management. Et parmi ces derniers, ceux qui consacrent tout ou partie de leurs travaux à l’histoire du management et des organisations y trouveront maints encouragements à persévérer dans leur démarche et de nombreuses idées à exploiter.

Dans leur introduction, les auteurs conseillent de ne pas lire leur ouvrage d’un bout à l’autre, mais plutôt de se livrer à une sorte de butinage plus ou moins aléatoire, de se laisser tenter par certains thèmes en ignorant éventuellement les autres. Les nécessités inhérentes à l’exercice de la recension nous ont interdit de suivre ce conseil, mais l’intérêt n’en sera que plus vif lorsque nous en entreprendrons une seconde lecture, non linéaire, cette fois-ci !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.