Journée de recherche “Autour des normes” – Sceaux – 4 Juin 2015

L’IUT de Sceaux organise chaque année une journée de recherche transdisciplinaire autour d’un thème fédérateur. L’objectif d’une telle journée est de permettre à des chercheurs de partager leur manière d’appréhender un concept avec d’autres chercheurs, issus de disciplines sans lien apparent avec la leur. L’expérience montre que ce type de croisement disciplinaire est généralement très fécond et permet d’engager des échanges très stimulants.
L’appartenance disciplinaire n’a pas d’importance ; elle peut relever aussi bien des sciences formelles (chimie, informatique, mathématiques, physique, etc.) ou de la nature (agronomie, biologie, géologie, etc.) que des sciences humaines et sociales (économie, gestion, histoire, etc.). La finalité d’une telle journée est d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion pour chacun et de décloisonner les approches méthodologiques et les disciplines scientifiques. L’objectif est de nous donner à penser autrement et différemment nos propres champs de recherche. Tel un laboratoire d’idées, ce moment partagé doit permettre de faire émerger une pluralité de définitions établies, de défricher ensemble de nouveaux possibles, d’interroger nos certitudes et d’élaborer des pistes nouvelles de réflexion. Toutes les contributions sont donc bienvenues avec un seul impératif : rendre accessible ses connaissances pour qu’elles puissent être l’objet de discussions et d’interrogations de la part de chacun, avec la bienveillance indispensable à un échange fécond et constructif.

Si vous souhaitez assister à la journée, vous devez adresser un mail à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 24 mai 2015. La journée est gratuite mais l’inscription obligatoire.

Le thème de cette année est consacré au concept de norme (cf. texte ci-dessous).

Télécharger le programme

Texte introductif

Emprunté au latin, norma, où elle avait à la fois une signification mathématique (équerre) et juridique (loi), voire commune (règle), la notion de norme et de normalisation nous est aujourd’hui familière, qu’elle soit imposée ou suggérée via d’autres canaux comme ceux de la certification ou de la conformité.

La norme renvoie au normal et donc à l’a-normal. Prise sous cet angle, elle soulève autant la question philosophique du rapport entre le normal et le pathologique (Canguilhem, 1966) que celle de la mesure statistique qui surgit au XIXe siècle avec Quételet et ses interrogations sur l’homme normal (Desrosières, 1993).

La norme, sans être la loi, y participe par sa capacité à déterminer une régularité, un point d’ancrage dans le réel de ce qui part d’une position idéelle, voire idéale. Sa raison d’être est donc de s’y rapporter en tentant de s’en rapprocher le plus possible, dans une logique de conformité.

Contrairement à la loi physique, la norme ne dépend que de ceux qui en décident l’existence. S’insère alors un jeu d’acteurs où la norme perd de sa supposée neutralité pour devenir un (en)jeu de pouvoirs. Conçue initialement pour simplifier les rapports sociaux, elle participe alors à l’élaboration de nouvelles constructions socio-politiques qui déplace la question du champ normatif : ce n’est plus nécessairement la recherche d’une meilleure efficacité qui est en mouvement, mais l’obtention d’un bio-pouvoir, puisque la norme est alors en mesure de s’étendre à tous les champs de l’existence humaine (Genel, 2004).

Ainsi, la norme n’est pas nécessairement dite ou écrite. Elle peut s’installer par la domination, le conformisme, ou plus simplement, par l’acceptation pure et simple, gage d’un vivre ensemble reconnu et commun.

Par sa nature même, la norme est contingente au devenir humain ; elle n’est donc pas figée et a vocation à évoluer, à être transformée, à disparaître pour être remplacée ou abandonnée par le biais des découvertes scientifiques ou des pressions socio-politiques. La question de l’obsolescence de la norme permet ainsi de révéler les points d’articulation d’un changement dans les systèmes de pensée scientifique ou politique.


Vous aimerez aussi...